Les Bleus : noir c’est noir…

Sale journée pour les Bleus ! On nous révèle ce matin que les champions du monde de 98, nos champions du monde, auraient fait l’objet d’analyses de sang suspectes à l’époque de leur triomphe en France. Le vilain rapporteur, c’est Jean-Pierre Paclet, médecin des équipes de France Espoirs et de la grande de 1993 à 2008. Le docteur ajoute dans son bouquin « L’implosion », à paraître demain, pas mal de révélations propres à le faire écouler à flot dans les bonnes librairies. Pour Domenech, qui en prend déjà pour son grade dans le livre, c’est un mercredi tendu, son licenciement est en cours avec deux millions d’euros en jeu… Enfin, Laurent Blanc doit résoudre des équations à multiples inconnues.

C’est grave, docteur ?

Difficile de faire la part des choses dans des propos pour le moins invérifiables, en ce qui concerne notamment les soupçons de dopage, les faits remontant à douze ans. Des bruits avaient souvent couru à ce sujet, renforcés par le procès de la Juventus où évoluaient Didier Deschamps et Zinedine Zidane. Mais il est évident que la vérité ne sera jamais connue, aucune preuve ne pouvant être établie puisque les contrôles en football à l’époque étaient de véritables plaisanteries médicales et que les résultats de ces analyses sont aujourd’hui probablement réduits en poussière. Et je vois mal les héros de 1998 nous confier un jour qu’ils marchaient à l’EPO.

L’ex-médecin des Bleus « soigne » Domenech à sa façon…

Paclet ajoute d’autres éléments croustillants ou pathétiques, selon le degré d’appréciation. Le toubib en veut clairement à Raymond Domenech, qu’il « assassine ». Il affirme d’abord que le sélectionneur lui aurait enjoint de remettre Patrick Vieira debout avant l’Euro 2008 en lui administrant un traitement de cheval, de l’Actovegin. Ce que le praticien aurait refusé nettement de faire. Ou, entre autres reproches à l’acide, que Domenech était en fait une sorte de mythomane, un escroc de la parole, lui prêtant en résumé les pires défauts de la terre. Là, j’ai tendance à prêter foi à Paclet.Mais si c’était tout pour les Bleus. Non, la journée est décidément bleu foncée, voire bleu nuit. Ce pauvre Domenech, encore et toujours lui, va devoir batailler pour toucher ses indemnités. Car, plus de doute, on veut foutre à la porte celui qui fait encore partie de la maison FFF en tant que DTN. Sa présence fait trop tâche au sein d’une Fédération à l’image déjà bien écornée. On va donc assister dans les semaines ou mois à venir à un traditionnel bras de fer entre un employeur et un employé, un chèque vous vous en doutez, étant l’enjeu exclusif de l’affaire. Çà doit fumer dans les bureaux des avocats des deux parties.

Blanc passe par toutes les couleurs !

Et enfin, Laurent Blanc (lui-même ancien champion du monde 1998 et donc dans le viseur de la mauvaise langue sus-citée) le successeur de Domenech, en proie aux maux en tous genres, surtout les maux de tête, depuis son début de mandat, doit composer avec la situation abracadabrantesque post-Mondial. Les suspendus lui manquent, les non-suspendus (Ben Arfa ou Nasri) lui pètent dans les doigts, les possibles suspendus (Benzema) font la sieste (au Real). Le dernier mot traduisant ses problèmes du moment lui revient : Ces joueurs (ceux de la nouvelle génération) « ne sont plus habitués à ce qu’on leur dise non », et « si vous leur dîtes non, (…) vous regardent comme si vous êtes un ennemi ».Bon, on n’est pas sortis de l’auberge française…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s