Ce que Paris 2024 ne devra pas copier de Paris 1924

Ô tempora ô mores, se plaignait le latiniste distingué. Les temps changent, les mœurs demeurent souvent. Les Jeux Olympiques ont de toute époque fabriqué du bon et du moins bon, du vrai et du fallacieux…

On conspirait énormément pour espérer gagner un droit formidable…

Il y a cent ans, le système de désignation de la ville-hôte des Jeux ressemblait assez à celui d’aujourd’hui. On conspirait énormément pour espérer gagner un droit formidable, celui de devenir tous les 1.460 jours l’Olympie des temps modernes.

Notre baron de Coubertin, qui avait créé le Comité international olympique (CIO) trente ans plus tôt, et qu’il dirige encore d’une main de fer dans un gant de velours, fait des pieds et des mains pour que Paris ré-accueille, après 1900, son enfant prodigieux. En juin 1921, c’est chose faite en vue de l’été 1924 malgré une opposition interne farouche. Il arrache de son cénacle la décision mais il sent qu’il n’a plus le vent en poupe et promet qu’il se démettra de sa fonction l’année suivante.

Un certain sieur Paul Pelisse présente avec force arguments les justifications des sommes qui seront engagées pour les Jeux de 1924

Au sénat, le 7 juillet 1922, un certain sieur Paul Pelisse, rapporteur de la loi nouvellement votée sur les crédits des futurs JO, présente avec force arguments les justifications des sommes qui seront engagées par l’Etat, c’est à dire vingt millions de francs de l’époque. Il ne manque pas de déplorer en termes polis l’abandon récent des dix millions promis par la ville de Paris, qui ne veut plus dépenser un centime. Les édiles de la capitale invoquaient avec il est vrai juste raison que de telles dépenses juraient avec la situation précaire des Parisiens trois ans seulement après la Grande Guerre. Pelisse supplie en termes tout aussi polis l’approbation des sénateurs pour qu’ils n’imitent pas la pingrerie et la mésentente de leurs collègues de l’assemblée d’édiles de la ville-lumière.

Et, on ne peut s’empêcher d’admirer la rhétorique de l’orateur que les promoteurs du Comité de Paris 2024 envieraient : « Nous pensons que, sans exagérer, il est indispensable de consentir à la préparation olympique française des sommes assez élevées, car, s’il est bien que la manifestation olympique soit éclatante et donne-satisfaction à l’hospitalité française, il est indispensable que, recevant des étrangers, nous figurions dans les différentes manifestations, non pas seulement d’une façon honorable, mais d’une façon victorieuse« .

« Nous pensons qu’il ne faut point agir avec parcimonie à l’occasion des jeux de 1924…une manifestation triomphale pour la race… qui laissera le monde dans l’étonnement et l’admiration. »

Mr Pelisse grimpe encore dans les trémolos de l’emphase : « Nous pensons qu’il ne faut point agir avec parcimonie, de même avec luxe, à l’occasion des jeux de 1924 qui peuvent être l’occasion d’une manifestation triomphale pour la race et, par suite, une oeuvre de propagande qui laissera le monde dans l’étonnement et l’admiration. »

Enfin, ce que Anne Hidalgo, Tony Estanguet ou même Emmanuel Macron n’avaient même pas osé clamer, Mr Pelisse l’ose, en se jetant dans le lyrisme le plus échevelé : « […] qu’il s’agissait, enfin, de laisser des installations qui, non seulement fussent pratiques, mais constituassent de véritables monuments contribuant à la beauté de Paris, ainsi qu’ont contribué à l’embellissement des cités toutes les arènes de l’antiquité, qu’elles soient en Grèce, qu’elles soient en Italie., qu’elles soient en Afrique, qu’elles soient en France, là où le génie romain s’est exprimé. »

Le superbe village olympique de Paris en 1924, construit à proximité du stade de Colombes.

Le Miroir des Sports 19 juillet 1924 Les spectateurs du tennis manquent de confort

 

Publicités