Archives du mot-clé sport

Federer, enfin parfait !

federer-home_w484

En reprenant Bossuet et en en changeant un peu l’objet de son oraison, on pourra dire au sujet de Roger Federer au crépuscule de sa carrière que  » la seule simplicité d’un récit fidèle pourrait soutenir sa gloire « .

 

L’éloquent orateur du siècle de Louis XIV n’aurait pu mieux parler de celui dont depuis plus d’une décennie on qualifie de plus grand joueur de tennis de tous les temps. Mais dont on attendait paradoxalement une sorte de preuve définitive, absolue, éternelle de ce titre un peu pompeux et médiatique.

 

La preuve est faite en ce 29 janvier 2017 où, désormais à partir de cette date, il suffira de revoir le triomphe à Melbourne, après ses dix-sept précédents Grands Chelems, du plus fameux des originaires de la Confédération Helvétique.

 

Roger Federer a vaincu Rafaël Nadal mais a surtout surpassé son propre talent que chacun tenait déjà pour le plus grandiose de l’histoire. Encore fallait-il que ce Suisse, passé de garnement doué dans sa jeunesse dorée au génial maestro des années de maturation, impose enfin, s’impose enfin comme un génie au mental en roc et à la stratégie d’un Jules César ou d’un Clausewitz. Il y avait auparavant toujours eu un Nadal, un Djokovic, un Del Potro ou quelques autres très inspirés rivaux, pour instiller un doute ultime sur sa capacité à contourner ses obstinations.

 

Cette fois, Federer, à 35 ans, et au quasi-terme d’une carrière unique, a sans doute surtout vaincu son entêtement à vouloir, par exemple, rivaliser avec le coup droit de Nadal, qui l’avait détruit des années durant à Roland-Garros et même en 2009 à Wimbledon, où il régnait en dieu.

 

Dieu, il ne l’est pas bien entendu, mais immense, inégalable et inoubliable, oui. Et exemplaire sans contestation puisque les grands hommes savent mieux que les autres qu’il y a toujours mieux à faire. Mieux que Federer…

Publicités

Ces psys du sport aux sombres desseins

Et un « psy » de plus. Pour le XV de France cette fois.

Les toubibs des neurones s’installent sur les terrains depuis quelques années. Pas vraiment étonnant. Surprenant même qu’on ne les ait pas appelés au secours plus tôt. Freud l’avait dit il y a cent ans, l’inconscient nous dicte une bonne part de nos comportements.

Mais il est où ce putain d’inconscient et comment il nous manigance ? Si certains l’avaient découvert, comme Raymond Poulidor, Michel Jazy, Didier Six, Amélie Mauresmo, Brian Joubert et bien d’autres, les journaux et les  livres de sport auraient eu des couvertures bien différentes. Et les cheminées de ces têtes fragiles se seraient recouvertes de bien davantage de trophées.

Ce qui m’ennuie, c’est que les nouveaux Raspoutine sont aussi mystérieux que le gourou maudit de la dernière impératrice de Russie. On les planque, comme celui de l’équipe de France de foot, Jean-Pierre Doly, amené par Raymond Domenech chez les Bleus (pour 5000 euros par jour d’intervention!). Pourquoi donc ? Parce que simplement leur efficacité est a priori encore bien aléatoire, à l’inverse des kinés, des physios, des rhumatos et des chirurgiens qui réparent la casse et obtiennent des résultats tangibles.

A Vancouver (où les psys sont paraît-il en masse) depuis une semaine, nos skieurs tricolores, pourtant brillants durant la saison, s’écroulent psychologiquement tandis que nos biathlètes « surperforment » et accumulent les médailles. Bizarre autant qu’étrange. Reviens, Sigmund !

Le foot ne tourne pas complètement rond !

Le sport, comme l’Histoire, est-il un éternel recommencement ? Allez, un peu de philo ça ne fait pas de mal ! Ça nous sort de surcroît du débat débilitant de la main de Thierry Henry

Alors, dirons-nous que les derniers événements sportifs ne sont que les preuves de l’éternel retour nietschéen ? J’ai tendance à répondre par l’affirmative.

Tiens, Alain Perrin viré de Saint-Etienne, on a envie de lui dire, comme Zarathoustra: « Cette vie, telle que tu la vis actuellement, telle que tu l’as vécue, il faudra que tu la revives encore une fois et un nombre innombrable de fois ; et il n’y aura rien de nouveau, bien au contraire… »

Et les exemples de ce genre de ce début de semaine ne font qu’accentuer cette impression de déjà-vu. La « fourchette » de Julien Dupuy en Ulster rappelle celle de Marius Tincu l’an dernier à la même époque. Le retour de Schumacher dans un baquet ? Vous n’avez pas entendu ça l’an dernier ? Un médecin canadien, Anthony Galea, aurait vendu des produits interdits à des sportifs (dont Tiger Woods, qu’est-ce qu’il prend celui-là ces derniers temps !). Encore une affaire de toubib véreux, j’ai l’impression que le calendrier se répète de façon monotone.

Ah, juste deux choses qui me feraient croire que l’Univers du sport n’est pas cyclique. Mais ne me faites pas de procès d’intention ou ne me dites pas que j’ai l’esprit mal tourné. D’abord deux skieuses françaises ont gagné ce week-end. Et deuxio, un membre de la Fédération française de football veut blackbouler Domenech avant la Coupe du monde ! Nietsche n’est pas mort !

ARTICLES SIMILAIRES :

A Copenhague, sauvez aussi la planète Sport!

Et si on en profitait, lors de l’actuel sommet de la terre, pour s’attaquer aux facteurs polluants dans le sport ?

Mon rêve.

Commencer par diminuer de plusieurs degrés la température du débat sur l’arbitrage en instituant la vidéo lors des matches à enjeu me paraîtrait une décision fondatrice.

Il faudrait ensuite faire décroître durablement la production de CO2 de certains organismes, préjudiciables au climat. En limitant par exemple les apparitions dans l’atmosphère du raymonddomenech ou du louisnicollin.

Pour une planète plus bleue, je préconise également de faire passer, et d’en tirer immédiatement les conséquences, quelques tests basiques d’intelligence aux dirigeants de certaines fédérations internationales (au sujet, entre autres, des combinaisons en natation, ou de la politique anti-dopage en cyclisme). Sans ces édiles, la production de gaz à effet de serre sportif aurait beaucoup à gagner !

Enfin, j’exhorte Tiger Woods à une consommation plus raisonnée de mannequins, serveuses de bar ou hôtesses. Cet homme-là doit se limiter à arpenter victorieusement les parcours verts du monde entier. Pas à déglinguer bêtement son bilan carbone !

ARTICLES SIMILAIRES :