Archives du mot-clé rudisha

Lemaitre assoiffé de cent !

Il est talentueux, c’est acquis. Il est malicieux, c’est nouveau. Ce Christophe Lemaitre nous a donc bluffé une dernière fois cet été alors que tout laissait croire que sa saison allait se conclure par une petite sieste au meeting de Rieti et qui se transforme en record de France du 100 m (9″97), son deuxième en deux mois !

Rieti, cette petite cité italienne du Latium, dotée d’un stade digne de championnats scolaires, est pourtant le siège depuis trente ans d’un meeting où se succèdent bizarrement des performances ahurissantes. Comme les records du monde battus sur cette piste magique de Asafa Powell (100 m), Noah Ngeny (1000 m) ou Daniel Komen (3000 m) et plus loin dans le temps de Sebastian Coe (800 m). Ce dimanche, la légende s’est perpétuée. David Rudisha, déjà pourfendeur du record du monde du 800 m il y a huit jours à Berlin, a réitéré son exploit, se surpassant lui-même de huit centièmes en 1″41″01. Ce jeune homme kenyan de 20 ans court tout droit vers une inscription en grosses lettres dans les grandes pages des livres d’histoire de l’athlétisme.

Heureusement qu’il est fatigué !

Lemaitre avait annoncé que son dernier 100 m avant des vacances méritées constituait en quelque sorte un pensum après deux mois épuisants et une campagne triomphale ponctuée d’un triplé unique aux Championnats d’Europe et d’un historique record de France (9″98). Quel pensum ! Le garçon est en fait un buveur de performances. Un assoiffé de titres. Rien ne semble le rassasier.

Dans l’ambiance si particulière de Rieti, avec une lumière très jaune et une température doucereuse, Lemaitre a d’abord couru une première ligne droite lors des séries. Au bout, une troisième place mais déjà une sensation : 9″98 et son record de France égalé. Trois quarts d’heure plus tard, la finale. Nouveau départ moyen. Lemaitre au couloir 4 voit la plupart de ses concurrents le devancer. Il ne se décourage pas et insiste sans se désunir. il a raison. Car même s’il termine à la quatrième place, loin du vainqueur, le Jamaicain Nesta Carter, formidable de vélocité en 9″78, soit la meilleure performance de l’année à égalité avec Tyson Gay, Lemaitre gagne le fameux centième qui lui fallait pour battre son deuxième record de France de la saison. »C’est pour m’amuser« , avait lancé l’Aixois avant de se rendre à Rieti ! La bonne blague. Vivement qu’il récupère un peu…

Rudisha dans la cour des grands du 800 m

C’est la distance des seigneurs de l’athlétisme sur laquelle le Kenyan David Rudisha vient de battre à Berlin en 1’41″09 le record du monde (1’41″11) de son compatriote devenu danois, Wilson Kipketer, qui remontait à treize ans.

Le 800 m est pourtant la distance la plus incertaine. Pas vraiment du sprint, pas vraiment du demi-fond. Personne ne sait en réalité comment courir cette distance depuis un siècle. Si l’on calcule la moyenne sur 100 m du nouveau recordman du monde sur le double tour de piste, on arrive à 12″6. Essayez-donc de courir un seul 100 m à cette vitesse…

Je disais les seigneurs. Ils l’étaient, les Rudolf Harbig, Peter Snell, Alberto Juantorena, Sebastian Coe et enfin Wilson Kipketer. Et chacun de ces dieux des foulées a laissé une empreinte particulière sur cette distance. Harbig, Snell ou Kipketer étaient des finisseurs incroyables, capables de remonter un peloton entier et terminer in-extremis victorieux. Coe savait aussi emballer un finish mais pouvait également s’imposer en renard. Quand à Juantorena ou Kipketer, la science du train et de la régularité leur permettait de lâcher progressivement leurs adversaires et de les écœurer.Sur le 800 m, la tactique fait souvent la différence dans les grands championnats. Ce qui explique que les hommes des records ne soient pas ceux des titres mondiaux ou européens, et vice versa. Rudisha fait peut-être partie de cette première catégorie, ayant été éliminé en séries des derniers mondiaux.