Archives du mot-clé retour manaudou

Voeckler et Manaudou nous jouent un Tour

Mais qu’est-ce qu’il me prend ? Je craque, c’est sûr ! Il m’est venu l’envie de comparer un cycliste et une ondine, un forçat de la route et une sirène. Mais je crois ne pas être complètement ouf, on m’a titillé les neurones pour que je me laisse aller à cet exercice. Il faut dire que c’est leur week-end à ces deux-là ! Thomas Voeckler escalade contre toute attente les cols des Pyrénées comme un grimpeur né et Laure Manaudou nous fait dans un coin paumé des States le coup du retour de la fille prodigue.

Voeckler… Tout le monde l’encense depuis qu’il a pris le Maillot Jaune. Et, j’avoue, il y a de quoi. Ce qui me gêne, c’est que personne ne l’admire pour son talent. C’est curieux mais ce garçon remarquable à tous égards ne soulève absolument aucun dithyrambe sur ses éventuels dons sportifs. Non, ce petit bonhomme est taxé de courageux, de vaillant, de brave, de teigneux… Il est peut-être le futur vainqueur du Tour, il en a montré en tout cas désormais des preuves tangibles, mais on le réduit immanquablement à un ludion sans génie (sur le vélo, je m’entends), sans véritable envergure, grimaçant, se tortillant, à la fois sympathique et mordant. Donc, surtout pas un virtuose. Quand je dis « on », je dis les observateurs soi-disant avertis, les spécialistes…

Voeckler n’aurait qu’un don, celui d’en faire de sa personne…

A tous ces « on, je dis que Voeckler devrait être porté aux nues pour son inspiration. Ce type est distingué, oui, distingué. Il ne se dope pas, j’en suis certain parce qu’il n’a pas une tête et un comportement de dopé. Il attaque en permanence depuis des années et sa première tunique jaune endossée il y a sept ans. Il attaque, tout le temps et partout, c’est son credo et c’est un véritable don, un sens achevé de la stratégie. Mais il n’a pratiquement jamais gagné de grande épreuve, car inéluctablement rattrapé par les « costauds », les faux talentueux, qui continuent à marcher à autre chose qu’à l’eau minérale… Ce qui va définitivement me tuer, c’est que si il gagne à Paris, « on » affirmera encore et toujours que les autres auront perdu… De toute façon, Voeckler n’y croit pas lui-même. Ou feint de ne pas le croire.

Manaudou, Laure et l’argent…

Manaudou… Ah, Laure ! De plus en plus belle. Des « dons » à la pelle, elle, et le dernier en date, je me répète, de faire d’une maternité un embellissement supplémentaire. De quoi faire un paquet de mères jalouses. Comme Voeckler, la championne olympique dont le come-back ébahit le microcosme,  a une certaine suite dans les idées. Mais, et c’est là que j’en viens à mon parallèle à peine tiré par le maillot, Manaudou me parait moins authentique que son camarade sur roues. Elle nous serine, Laure, qu’elle veut revenir au top, que les Jeux de l’an prochain sont son seul et unique objectif, et patati et patata… Bon, en cinq ou six courses, là-bas à Athens, aux « States », elle a couru d’assez jolie manière, mais sans la moindre opposition, sans pression, sans souci, presque comme vous ou moi nous battons nos records à l’entraînement…

Je redoute, je crains, je suppute, que ce retour sente la fumée… sans feu. La maman de la petite Manon est un trésor pour son entourage. Et ceci me parait expliquer cela. Qu’est-ce que je suis mauvaise langue…