Archives du mot-clé paris saint germain

Leonardo et le PSG en « classe » tous risques…

Champion. Le PSG est déjà officiellement champion de France de l’avant-saison 2011-2012. Un grand champion au vu de la différence affichée avec la concurrence en une semaine à peine. Le club parisien aligne chaque jour des performances plus formidables que la veille. Quel beau jeu !

Hier à l’entraînement au Camp des Loges, les supporters en étaient béats d’admiration: « Le PSG est magique », s’esbaudissaient-ils à qui mieux mieux. En effet, Paris est tout simplement magique. Les millions sortent comme par enchantement du chapeau des nouveaux propriétaires qatariens  du club. Quarante millions en trois jours (Gameiro, Matuidi, Ménez, Douchez, Bisevac, Sissoko et Sirigu) en attendant le « prodige » Pastore que son actuel club de Palerme pourrait céder pour 44 millions et très certainement d’autres arrivées de petits génies du ballon. Ah oui, c’est prodigieux. Les cent trente millions de budget de recrutement annoncés pour les trois prochaines saisons pourraient être atteints en moins de quinze jours…

Le Paris Saint-Germain a eu quarante ans cette année, soit un âge que l’on qualifie généralement de mûr. Celui d’un « bon père de famille », quoi ! : propriétaire terrien, détenteur d’un Livret A, des louis d’or planqués sous le matelas et une assurance-vie en euros pour chaque mouflet. La saison dernière, il semblait bien que cette prudence avait enfin fini par devenir mère de sureté du côté du Parc. Au final, on n’avait pas flambé (5e) mais la « petite » équipe s’était plutôt bien entendue sur le terrain.

Leonardo fait ses courses chez Fauchon !

Mais non, cette fois, dans une ambiance miraculeusement déchaînée par les pétro-dollars, il faut aller vite, très vite. Dix fois plus vite. Et en football, pour foncer vers les titres, il faut acheter. Cher, très cher. Monsieur Leonardo, avec le chéquier ouvert, ne pratique pas les courses en supermarché. Ce sera Fauchon ou rien, les yeux curieusement fermés ou le regard troublé par ses éternelles et épaisses lunettes noires. Et on dit qu’en ces temps de crise, même place de la Madeleine, les consommateurs pleins aux as eux-mêmes ont de plus en plus tendance à vérifier la qualité et la provenance des marchandises avant de banquer.

Ce qui surprend encore de sa part, c’est que l’ancien joueur hors norme du PSG sait évidemment mieux que personne qu’une équipe n’est pas une somme d’individualités, mais souvent tout le contraire…

Mais enfin, puisqu’un certain Nicolas Sarkozy le dit, « Leonardo, c’est la classe absolue », nous allons le croire… au moins jusqu’à la fin du Championnat.