Archives du mot-clé Jeux Olympiques Paris 2024

Ce 2 juin 1921 où Paris obtint « sobrement » les Jeux Olympiques de 1924

Au début du XXe siècle, ne l’oublions pas, l’information circulait encore et toujours grâce à l’inventif et précieux Gutenberg. Et un événement se propageait à la vitesse de fabrication et de distribution des journaux.

La hiérarchie – comme on se le rabâche encore et toujours dans les rédactions – de cette information se faisait en fonction des prédilections et modes de l’époque.

Le jeudi 2 juin 1921, le CIO (ou COI, on plaçait souvent le Olympique avant l’International) réuni en Suisse lors de son XIXe conclave (session) plénier, décidait d’un sort que nos médias d’aujourd’hui se seraient damnés pour vendre à leurs auditeurs, téléspectateurs, internautes : la désignation officielle de Paris pour organiser les Jeux Olympiques de 1924. Une double désignation en fait (tiens tiens !) puisque Amsterdam gagne en même temps ce privilège pour 1928.

Le vendredi 3 juin 1921, rien sur ce choix capital, absolument que dalle dans la presse française pourtant foisonnante (des dizaines de quotidiens dans les kiosques chaque jour).

36 heures après son officialisation, la désignation de Paris ville olympique passe presque inaperçue !

Le samedi 4 juin, ce qui, pour l’exacte et même décision 96 ans plus tard, fera les unes de tous les organes d’actu en France pour Paris 2024, l’événement passait presque inaperçu. L’Excelsior, le « journal en images » annonce, perdu en page 4, que « les jeux olympiques de 1924 auront lieu à Paris« . Vingt petites lignes sur une seule des sept colonnes disponibles sont consacrées au vote « décidé, hier, par 16 voix contre 4 » par « le comité olympique international siégeant à Lausanne« .

L'Excelsior 4 juin 1921 Les Jeux Olympiques de 1924 auront lieu à Paris
L’Excelsior du 4 juin 1921 : « Les Jeux Olympiques de 1924 auront lieu à Paris »

L’Excelsior précise laconiquement que : « le conseil municipal (de Paris bien sûr) a l’intention de faire construire un stade digne de recevoir les athlètes du monde entier à la porte de Versailles. Un crédit de vingt millions serait affecté à l’établissement de ce stade dont les plans sont déjà établis et qui comprendrait trois terrains distincts : pour le football, l’athlétisme et, la natation. »

On comprend un peu mieux grâce à l’article du Figaro, publié le même jour, pourquoi ce décalage d’une journée : « Le Comité International Olympique a tenu dans la nuit de jeudi à vendredi une séance terminée à 2 heures du matin pour arriver à désigner la nation qui aurait l’honneur et la charge d’organiser en 1924 la VIIIe Olympiade. » Quelle idée de dévoiler un scoop pareil en pleine nuit ! Aucun esprit d’accommodement avec la presse du matin.

Le Figaro 4 juin 1921 Les VIIIe jeux olympiques se tiendront à Paris en 1924
Le Figaro du 4 juin 1921

Cette fois, en première page, mais toujours sur une seule colonne, la dernière sur la droite, l’auteur de l’article explique que Paris a décroché la lune en quelque sorte par le seul fait du Prince, c’est à dire du rénovateur des Jeux en personne : « je suis certain que l’appui de M. Pierre de Goubertin, président du C.I.O. qui avait formellement déclaré vouloir demander à ses collègues de voter pour la France a été d’un grand poids dans l’heureuse décision qui est intervenue« .

Paris en 1921 était certes déjà Paris, avec sa Tour Eiffel et ses petites femmes. Mais le sport n’était pas le sport. Les Jeux Olympiques non plus. Deux ans et demi à peine après la fin du conflit qui a fait en France un million sept cent mille morts et plus de quatre millions de blessés de guerre, on ne s’embrase pas pour si peu et si futile, même si certains avaient déjà poussé à la candidature de Paris pour 1924. Les titres sont généralement réservés à toutes les étincelles susceptibles de raviver les tensions entre France et Allemagne.

Le titre le plus dithyrambique de la presse : « Une bonne nouvelle »…

Dans La Presse, toujours le 4 juin naturellement, le quotidien où Victor Hugo avait jadis collaboré, on se félicite de ce qui est annoncé en titre sur deux colonnes, en page 3 quand même, par « Une bonne nouvelle«  : « il serait juste de rendre ici un hommage public à notre Comité Olympique (présidé par le Comte de Clary) pour son travail préparatoire« . On note en outre que le journal indique en sous-titre que ce Comité s’est réuni à Genève…

« La bonne nouvelle » dans La Presse du 4 juin 1921

Comparons avec la presse de 2017 :

La Une de l’Equipe le 1er août, et sa « sobriété… :

Et encore ! Le choix de Paris en 2024 est un secret de polichinelle depuis juin, où Los Angeles et la capitale française se sont entendus avec le CIO pour une double attribution 2024-2028.

La Une de l’Auto, l’ancêtre de L’Equipe, le 4 juin 1921 :

Publicités

Ce que Paris 2024 ne devra pas copier de Paris 1924

Ô tempora ô mores, se plaignait le latiniste distingué. Les temps changent, les mœurs demeurent souvent. Les Jeux Olympiques ont de toute époque fabriqué du bon et du moins bon, du vrai et du fallacieux…

On conspirait énormément pour espérer gagner un droit formidable…

Il y a cent ans, le système de désignation de la ville-hôte des Jeux ressemblait assez à celui d’aujourd’hui. On conspirait énormément pour espérer gagner un droit formidable, celui de devenir tous les 1.460 jours l’Olympie des temps modernes.

Notre baron de Coubertin, qui avait créé le Comité international olympique (CIO) trente ans plus tôt, et qu’il dirige encore d’une main de fer dans un gant de velours, fait des pieds et des mains pour que Paris ré-accueille, après 1900, son enfant prodigieux. En juin 1921, c’est chose faite en vue de l’été 1924 malgré une opposition interne farouche. Il arrache de son cénacle la décision mais il sent qu’il n’a plus le vent en poupe et promet qu’il se démettra de sa fonction l’année suivante.

Un certain sieur Paul Pelisse présente avec force arguments les justifications des sommes qui seront engagées pour les Jeux de 1924

Au sénat, le 7 juillet 1922, un certain sieur Paul Pelisse, rapporteur de la loi nouvellement votée sur les crédits des futurs JO, présente avec force arguments les justifications des sommes qui seront engagées par l’Etat, c’est à dire vingt millions de francs de l’époque. Il ne manque pas de déplorer en termes polis l’abandon récent des dix millions promis par la ville de Paris, qui ne veut plus dépenser un centime. Les édiles de la capitale invoquaient avec il est vrai juste raison que de telles dépenses juraient avec la situation précaire des Parisiens trois ans seulement après la Grande Guerre. Pelisse supplie en termes tout aussi polis l’approbation des sénateurs pour qu’ils n’imitent pas la pingrerie et la mésentente de leurs collègues de l’assemblée d’édiles de la ville-lumière.

Et, on ne peut s’empêcher d’admirer la rhétorique de l’orateur que les promoteurs du Comité de Paris 2024 envieraient : « Nous pensons que, sans exagérer, il est indispensable de consentir à la préparation olympique française des sommes assez élevées, car, s’il est bien que la manifestation olympique soit éclatante et donne-satisfaction à l’hospitalité française, il est indispensable que, recevant des étrangers, nous figurions dans les différentes manifestations, non pas seulement d’une façon honorable, mais d’une façon victorieuse« .

« Nous pensons qu’il ne faut point agir avec parcimonie à l’occasion des jeux de 1924…une manifestation triomphale pour la race… qui laissera le monde dans l’étonnement et l’admiration. »

Mr Pelisse grimpe encore dans les trémolos de l’emphase : « Nous pensons qu’il ne faut point agir avec parcimonie, de même avec luxe, à l’occasion des jeux de 1924 qui peuvent être l’occasion d’une manifestation triomphale pour la race et, par suite, une oeuvre de propagande qui laissera le monde dans l’étonnement et l’admiration. »

Enfin, ce que Anne Hidalgo, Tony Estanguet ou même Emmanuel Macron n’avaient même pas osé clamer, Mr Pelisse l’ose, en se jetant dans le lyrisme le plus échevelé : « […] qu’il s’agissait, enfin, de laisser des installations qui, non seulement fussent pratiques, mais constituassent de véritables monuments contribuant à la beauté de Paris, ainsi qu’ont contribué à l’embellissement des cités toutes les arènes de l’antiquité, qu’elles soient en Grèce, qu’elles soient en Italie., qu’elles soient en Afrique, qu’elles soient en France, là où le génie romain s’est exprimé. »

Le superbe village olympique de Paris en 1924, construit à proximité du stade de Colombes.

Le Miroir des Sports 19 juillet 1924 Les spectateurs du tennis manquent de confort

 

Helen Wills, une glaciale et invincible Américaine à Paris en 1924

Miroir Sports 23 juillet 1924 victoire Helen Wills
Le style d’Helen Wills disséqué dans le Miroir des Sports

 

Surnommée « Poker Face » : jamais un sourire même après la victoire, jamais de démonstration d’émotion, tout simplement dira-t-elle parce que « je n’ai pas d’émotion » !

Le tournoi féminin de tennis des Jeux de Paris en 1924 est avant son début orphelin de Suzanne Lenglen, la diva du jeu et championne olympique en titre qui, malade, a déclaré forfait. La personnalité et le talent de Suzanne écrasent alors son sport tout entier. Son aura fait de l’ombre à tous, y compris aux hommes comme au légendaire Bill Tilden qui la déteste.

Le journal « Le Matin » du 17 juillet 1924

Helen Wills, la jeune Californienne de dix-huit ans contraste singulièrement avec la Française à l’expression gestuelle permanente. On surnomme Helen Poker Face. Jamais un sourire même après la victoire, jamais de dialogue avec ses adversaires, jamais de démonstration d’émotion, tout simplement dira-t-elle parce que « je n’ai pas d’émotion » !

Helen se nourrit entre les matches de « l’atmosphère de Paris » qui lui laissera un « souvenir absolu de perfection et de bien-être« 

Elle dédaigne les photographes qui se verront chassés du court lors de ses matches au motif qu’ils la déconcentraient. En réalité, l’Américaine, vainqueur en finale de la Française Didie Vlasto, avouera plus tard s’être émue d’autre chose que de ses opposantes dans un tournoi qu’elle enlève, avec celui du double dames, avec une facilité déconcertante. L’étudiante en arts à Berkeley se nourrit entre les matches des charmes de la capitale française, de « l’atmosphère de Paris« , qu’elle découvre et visite avec sa mère, avec tant de passion qu’elle attrape en marche le train de retour de sa délégation.

Soixante ans après son triomphe, celle qui, devenue Helen Wills-Moody par son mariage et aux yeux de beaucoup la plus grande championne américaine de tennis du XXe siècle, avouera avant de disparaître en 1998, que Paris lui avait laissé un « souvenir absolu de perfection et de bien-être« . Ce qui n’avait pas été le cas du site olympique de tennis, dont Hazel Wightman, entraîneur et amie de la championne, n’avait pas hésité à dire « qu’on ne pouvait pas avoir choisi un endroit plus laid« .

Le court avait été construit au milieu d’un champ de la grande banlieue parisienne, attenant au tout neuf stade olympique de Colombes, érigé dans la précipitation sur les terrains du Racing Club de France, et après bien des hésitations de la ville de Paris, soucieuse de ne pas ébranler ses frêles finances.

Le tennis sera rayé des sports olympiques après Paris – le professionnalisme s’ingérant trop au goût du CIO – et fera, officiellement, son retour en… 1988.

Après son triomphe à Paris, Wills va devenir après Lenglen la deuxième star absolue du tennis féminin

Helen, se coiffant d’une casquette-visière qui fera beaucoup pour sa légende, et avec son grand coup droit et un service qui pour la première fois chez les femmes fait des ravages, va vite devenir la deuxième star absolue du tennis féminin. Les faiseurs d’événements, journaux et organisateurs en tous genres, ne s’y trompent pas. Et, à grands coups de trompettes médiatiques et financières, elles se font face en 1926, à Cannes, lors du premier « match du siècle », que la Française emporte au bout de l’épuisement et du suspense devant le plus grand parterre de têtes couronnées de l’histoire du sport.