Archives du mot-clé jean pierre escalettes

Les escalopes saignantes d’Escalettes

Il est à point en ce moment, Jean-Pierre Escalettes, le président de la Fédération française de foot !Roi de la langue de bois à ses heures, rappelez-vous du lendemain de l’Euro 2008 quand il avait déclaré sans rire que Raymond Domenech était confirmé à l’unanimité du bureau de la FFR, le boss du foot français retrouve ces temps-ci une certaine authenticité.

Avec ses accents et sa gestuelle pagnolesques, il me rappelle un peu Marcel Ferrasse ou Jean Sadoul, l’un ayant été le « parrain », pardon le patron, de la FFR dans les années 70 et 80, l’autre le président de la Ligue nationale de football à peu près dans les mêmes années.

En quelques semaines, JPE a mis à fond les pieds dans le plat. J’adore. Il a d’abord en début d’année fait un tour de table public des successeurs possibles de Raymond Domenech. Sans prévenir le sélectionneur ! Sans surprise, il a cité Blanc, Deschamps, Tigana, Wenger, Boghossian… en leur accolant des pourcentages de réussite ! Le fiancé d’Estelle a dû apprécier !

Et puis ces dernières vingt-quatre heures, le bouquet. D’abord à l’Assemblée nationale, pas moins, lors d’une réunion de la commission des affaires culturelles et de l’éducation, Escalettes s’est lâché : «Il y a des joueurs d’expérience (en équipe de France) comme Toulalan ou Ribéry qui sont des piliers, et puis il y a les nouveaux comme Gourcuff ou Benzema. Il faut faire vivre ensemble des générations différentes. C’est le rôle du coach et des adjoints, mais les footballeurs sont des divas, des gens pas faciles » Ensuite, pour justifier la décision de Domenech de décaler sa liste pour le Mondial au 11 mai, le président a lancé : « Raymond ne voulait pas donner 30 noms et en voir partir certains en hélicoptère lors de la réduction de la liste à 23« . Allusion aux départs précipités, et en hélico façon Tom Cruise, des « déçus » de 2006 le jour où on leur avait annoncé qu’ils n’allaient pas en Allemagne.

Enfin, déclaration venue du cœur ou de la raison, Escalettes n’est pas franchement emballé par une hypothétique présence du PSG en finale de la Coupe de France: «La finale va peut-être poser un vrai problème. Si Paris arrive en finale, c’est sûr, ça va nous poser plus de problèmes que si c’est Quevilly. Pire encore si la finale c’est Lens-Paris, avec l’histoire de la banderole qui reviendrait sur le tapis. Oui, ça nous inquiète».

Le choix précoce du prochain sélectionneur, les divas du foot, les banderoles du PSG, ce qui me plaît surtout dans tout ça, c’est que Jean-Pierre Escalettes est plutôt lucide et franc du collier. Genre Pierre Menès. Et si on intervertissait les rôles !