Archives du mot-clé italie france

Le XV de France et Lièvremont, morts à Rome !

Oh, je sais, il ne faut jamais désespérer. Mais ce qui est arrivé ce samedi au stade Flamini de Rome au Quinze de France constitue sans doute la pire catastrophe qu’il ait connue au vingt-et-unième siècle. L’Italie a non seulement battu et ratatiné la France, mais elle l’a humilié. A six mois du Mondial, le bilan de Marc Lièvremont n’est même plus proche du néant, il est LE néant.

Oh, je sais, il ne faut jamais enterrer un cadavre vivant. Mais le constat est terrible. Les Bleus n’ont fait aucun progrès sous l’ère Lièvremont. L’encéphalogramme est plat. Rien n’est à ressortir de positif de cette saison. Et comment continuer de faire confiance à un entraîneur qui s’est obstiné, entêté jusqu’à la schizophrénie, à faire figurer des ombres comme Chabal ou Huget. Les raisons d’y croire pouvaient pourtant exister, comme cette victoire en Nouvelle-Zélande il y a un an et demi ou le Grand Chelem de l’an passé. Mais tout s’est au contraire délité progressivement alors que l’approche de cette Coupe du monde aurait du provoquer le contraire.

Oh, je sais, impossible n’est pas français, surtout en rugby où des Bleus ont quelquefois ressuscité d’entre les morts. Mais ce coup-ci, l’âme s’est envolée. Marc Lièvremont, je le sens, je le sais, n’est pas l’homme qu’il faut pour renverser des montagnes. Et la montagne est désormais haute, trop haute, infranchissable… Le sélectionneur a indiqué un quart d’heure après le match au micro de France 2 qu’il n’avait pas parlé à ses joueurs dans le vestiaire… C’est plus qu’une erreur, c’est une faute. Un général ne peut pas abandonner ses soldats après la déroute…

L’équipe de France ne peut prétendre qu’à un rôle de faire-valoir à la Coupe du monde

Les Bleus ne sont plus en état d’urgence. Ils sont en état de mort cérébrale. Soyons francs, l’équipe de France ne peut prétendre qu’à un rôle de faire-valoir à la Coupe du monde. Il n’y aurait qu’une seule chose à faire pour que le coeur reparte, appliquer l’électrochoc sur sa poitrine. Autrement dit, changer sa tête et amener aux responsabilités un homme, ou un groupe d’hommes qui remettrait, en six mois, le grand corps malade sur pieds.

Je ne me fais pas d’illusions, le président de la Fédération, Pierre Camou, le plus fantomatique de toute l’histoire du rugby tricolore, ne fera strictement rien. Il en est simplement incapable personnellement et collectivement. Pour des raisons inhérentes à la génétique de cette Fédération, on ne coupe pas les têtes dans ce genre de situation. On préfère mourir sans bruit et sans faire couler une seule goutte de sang…

Nous irons donc au Mondial avec ce que nous avons aujourd’hui… C’est à dire rien ou pas grand chose qui fonctionne…