Archives du mot-clé henry

Qui mériterait une »bonne fessée »?

C’est Bernadette Chirac qui le dit. Une « bonne fessée » ne fait pas de mal à un enfant odieux. Depuis la 103e minute de France-Irlande, il me vient l’idée, à l’instar du Général de Gaulle (ah ! le général! je serais curieux de savoir comment il aurait réagi !)) que certains « coups de pied au culte » se perdent.Pour le moins, c’est à l’auteur du fameux coup de main que l’on pourrait infliger une punition. Bon, excluons les coups de règle en fer sur les doigts. Quoique, vous me voyez venir, trois ou quatre coups (allez, avec une règle en plastique) sur la main gauche de Thierry Henry, ça lui donnerait à réfléchir pour la suite.Je mettrais volontiers ensuite Raymond Domenech au coin pendant quelques mois. Dans l’idéal, quelques années ce serait parfait ! Et puis, je verrais bien un bon gros bonnet d’âne à l’arbitre. Celui-là, il est bon pour finir sa carrière à arbitrer des cinq contre cinq en cour de récré !Pour la fessée, je mets pas mal de monde dans le même panier pour cause d’énormités proférées depuis quarante-huit heures. Rama Yade, Thierry Roland, Domenech (encore, d’accord, mais celle-là pour l’ensemble de son oeuvre) et autres politiques qui n’ont jamais foutu les pieds sur une pelouse.

Qui mériterait une « bonne fessée » ?

C’est Bernadette Chirac qui le dit. Une « bonne fessée » ne fait pas de mal à un enfant odieux. Depuis la 103e minute de France-Irlande, il me vient l’idée, à l’instar du Général de Gaulle (ah ! le général! je serais curieux de savoir comment il aurait réagi !)) que certains « coups de pied au culte » se perdent.

Pour le moins, c’est à l’auteur du fameux coup de main que l’on pourrait infliger une punition. Bon, excluons les coups de règle en fer sur les doigts. Quoique, vous me voyez venir, trois ou quatre coups (allez, avec une règle en plastique) sur la main gauche de Thierry Henry, ça lui donnerait à réfléchir pour la suite.

Je mettrais volontiers ensuite Raymond Domenech au coin pendant quelques mois. Dans l’idéal, quelques années ce serait parfait ! Et puis, je verrais bien un bon gros bonnet d’âne à l’arbitre. Celui-là, il est bon pour finir sa carrière à arbitrer des cinq contre cinq en cour de récré !

Pour la fessée, je mets pas mal de monde dans le même panier pour cause d’énormités proférées depuis quarante-huit heures. Rama Yade, Thierry Roland, Domenech (encore, d’accord, mais celle-là pour l’ensemble de son oeuvre) et autres politiques qui n’ont jamais foutu les pieds sur une pelouse.

Thierry Henry, responsable, pas (trop) coupable

Allez, il a fait une main. Il l’a reconnu. Soit, pas aussi franchement qu’on l’aurait souhaité. Mais, même la main dans le sac, les fautifs, mettons-nous un peu à leur place, ont du mal à passer à confesse.

Problème, cette « mimine » rend Thierry Henry l’homme le plus exécré d’Irlande. Et par voie de conséquence fait de la France un pays de tricheurs et d’escrocs. Henry est-il défendable ? Je me fais l’avocat du diable et je dis oui. Certes, le capitaine des Bleus a sciemment, et les images sont terribles pour lui, fait usage de sa main (il a tant de fois contrôlé le ballon avec la même efficacité avec ses pieds !) pour délivrer ensuite la passe décisive à Gallas. Mais, ce type de mauvais – très mauvais – réflexe, s’est produit à dix, vingt ou trente reprises durant ces deux matches de barrage (tacles par derrière, coups de coude, insultes entre joueurs et envers l’arbitre…) sans bien évidemment engendrer la fatale conséquence pour les Irlandais de celui d’Henry.

Vous me direz: mais pourquoi Titi n’a-t-il pas sur le terrain immédiatement, au moins en le laissant entendre par des gestes ou en en parlant avec ses adversaires, qui avaient tout vu, reconnu sa faute ? Il l’a dit après le match. Il n’est pas arbitre. Sur un million de gestes semblables, j’affirme qu’aucun sportif, professionnel ou amateur, ne vient spontanément avouer son forfait. Très rares sont les exemples contraires. Je me souviens d’un cas, en Angleterre je crois, où Bergkamp était allé indiquer à l’arbitre qu’il avait commis une faute avant de marquer.

Henry est un compétiteur. Et un homme, avec ses faiblesses. Il plaidera complètement coupable, un jour ou l’autre. Mais pas aujourd’hui.

PS: ma petite tête et ma mémoire m’ont joué des tours. Les cas de fair-play spontané de ces dernières années sur des terrains sont un peu plus nombreux que je pensais.

La main d’Henry, de dieu ou du diable ?

On y est. Mais comme l’ont dit Arsène Wenger et Jean-Michel Larqué sur TF1, c’est un sentiment de malaise qui prédomine après la qualification des Bleus. Et pour cause, le but de Gallas, celui qui envoie les Bleus en Afrique du Sud, est entaché d’un hors jeu mais surtout d’une main grossière et intentionnelle de Thierry Henry pour redresser un ballon qu’il n’aurait pu autrement contrôler. Seuls l’arbitre du match et son assistant ne l’ont pas remarquée.

Quelque chose me dit que cette main, après celles en leur temps de Vata (« du diable », contre l’OM) et de Maradona (« de dieu », contre l’Angleterre) va faire couler des tonnes d’encre et de salive.

A chaud, il faut reconnaître que cette qualification des Bleus est même parfaitement imméritée tant les Irlandais ont été superbes de vaillance et les Français sans âme, aucune. Bref, les derniers finalistes de la Coupe du monde n’ont pas de quoi être fiers. Leur joie à l’issue du match frisait l’indécence. Ils sont passés par une toute petite porte. Et Thierry Henry aura beaucoup à se faire pardonner.

Si les Bleus gagnent, si les Bleus perdent…

Mercredi 17 novembre 2009, 23 heures.

France-Irlande: 2-1. Chouette. L’équipe de France part pour l’Afrique du Sud l’année prochaine. Je rembourre déjà les coussins de mon canapé pour la Coupe du monde. Je prends un crédit pour un poste 130 cm super HD plasma surround. Parce que c’est sûr, on va se régaler avec un Mondial de feu et on ira encore en finale en battant l’Espagne en huitièmes, le Brésil en quarts, l’Allemagne en demies (aux pénos, nom de dieu !) et l’Italie (encore aux pénos, renom de dieu !). Raymond Domenech est l’homme qu’il nous fallait. Il nous a encore plus enfumés qu’Aimé Jacquet. C’est un génie ! Les chaînes de télé l’adorent ce gars-là. Il rajoute deux matches au programme et gonfle les recettes publicitaires de M6, de TF1, des journaux, qui ne parlent que de lui. Thierry Henry va devenir l’été prochain le premier Français à gagner deux Coupes du monde. Mieux que Zidane. Le foot, c’est de la balle !

Mercredi 17 novembre 2009, 23 heures.

France-Irlande: 1-2. Chouette. Je le savais. Raymond Domenech est le dernier des toquards. Quelle différence avec Aimé Jacquet, qui lui savait parfaitement où il allait. Je garde mon vieux Sony cathodique. Elle est très bien cette télé et peut durer encore dix ans. Avec l’économie de faite, je réserve sur internet mes vacances d’été en Irlande. Beau pays. Et en plus, y aura personne. Tous en Afrique du Sud. Thierry Henry est un beau parleur. Comme il arrête sa carrière internationale ce soir, il va pouvoir parler à Canal +, comme les autres. Ce Mondial, je m’en fous, le Brésil n’est pas bon, l’Argentine patine, l’Allemagne est vraiment klein et l’Italie ne sait que défendre. Comme d’habitude, la finale va se jouer aux pénos. Le foot m’emmerde !