Archives du mot-clé guigou

Une statue pour nos Karabatic !

Aux grands hommes, la patrie doit être reconnaissante. Ce qu’ont fait nos Bleus du handball en remportant un quatrième titre mondial après un titre olympique et deux continentaux est tout simplement unique dans l’histoire du sport français. Qu’on leur érige à tous une statue…

Plus de doute, il faut leur rendre la monnaie. Car ces gars-là ne sont pas des héros, ce serait un peu gros de leur affubler ce statut que les morts de nos guerres se doivent de garder. Mais les Karabatic, Omeyer, Fernandez, Guigou, Gille et cie sont entrés ce dimanche à Malmöe dans la vraie légende du sport tricolore.

Les Experts, vrais fabricants français de bonheur et d’allégresse !

Au moins autant que la bande à Jacquet de 1998, celle de Claude Onesta est une authentique fabrique nationale de bonheur et d’allégresse. Les Experts n’ont jamais autant justifié leur surnom. La fin de match face au Danemark en finale a dépassé en suspense et en intensité tout ce dont ces artistes nous avaient déjà gavé depuis quinze ans ! C’est tout dire. Rattrapés à deux secondes de la fin du temps réglementaire, ils n’ont pas sourcillé, pas baissé la tête. Au contraire, ils ont puisé dans ce caprice du destin un regain de rage et d’énergie. Et ont repris l’avantage dès l’entame de la prolongation alors qu’ils étaient en infériorité numérique. Et tout ça, comme toujours, comme si ce destin n’était pas capable de les renverser, grâce à leur état d’esprit. Incomparable.

Mais ce qui est le plus inouï dans cette aventure, la plus belle et la plus longue du sport hexagonal, c’est que les petits jeunes, Barachet, Accambray ou Sorhaindo, sont venus s’incruster avec une vaillance et une audace incroyable dans ce groupe de vieux guerriers jamais rassasiés. Ah ! Karabatic et son bras d’or qui a tenu la baraque de l’attaque au moment décisif de la finale, ah ! Omeyer et son arrêt en platine irrigué à une minute de la fin de la prolongation, ah ! Fernandez et ses deux buts de Titan en seconde partie de la prolongation, ah ! Bertrand Gille…Il est temps, vraiment temps que justice soit rendue à ces entonneurs éternels de Marseillaises. Une statue pour tous. Non, merde, un obélisque…