Archives du mot-clé enzo zidane

Zidane et patrimoine national

Le sport enjeu national. C’est incontestablement une réalité surtout quand il touche à ce que j’appellerai le patrimoine français. Et qui pourrait nier que Zinedine Zidane fait pleinement partie de ce dernier ? Alors, quand Enzo, le rejeton du grand homme, se met à copier de manière si saisissante les dribbles de son père, les questions sur son futur fusent de toutes parts avant même que sa valeur véritable ne soit affirmée.

Car comme tout le monde, je plonge immédiatement dans le fantasme. Je m’imagine déjà avec sous mes yeux un autre Zidane. Mais un authentique, avec le sang de l’original dans ses veines, et surtout doué des mêmes pouvoirs surnaturels… Le rêve. C’est en tout cas ce que me suggèrent les images de la télé espagnole. Enzo est un clône parfait de son papa, ou presque. On prend, évidemment. En bleu, évidemment.

Mais Zizou nous fait le coup de la double nationalité de son ainé, français par son père et ibérique par sa mère. « On verra, je choisirai pour lui entre la France et l’Espagne », dit-il. Là, c’est moins « patrimonial ». L’Espagne ne va quand même pas nous piquer une telle pépite. Les Conquistadors ont déjà ramassé assez d’or comme ça. Non, non, non, Zidane est français et je me fous de quelle génération on parle !Auparavant, il faudra quand même que la preuve de la transmission familiale du génie nous soit administrée. On en est loin. Que l’on sache, Pelé, Beckenbauer, Van Basten et des milliers d’autres stradivarius du ballon n’ont pas enfanté de solistes de leur trempe, quand bien même des Cruyff ou des Djorkaeff ont fait exception à la règle.

Il faudrait décréter un « patrimoine sportif français de l’humanité »

Pour la famille Noah, cas presque unique, c’est même du talent de balle sur trois générations, grand-père, père et fils. Dans trois sports différents. Magie de l’ADN. Là encore, la nationalité fait débat. On aurait proposé au « petit » Joakim de jouer pour l’équipe de basket des Etats-Unis. Il aurait refusé le gamin. Bravo. Parce que là, je protestais devant l’ONU.

Il faudrait qu’un jour, en plus de la légion d’honneur, on décrète à certains sportifs français et à leur descendance le titre de patrimoine français de l’humanité. Pour l’éternité…