Archives du mot-clé domenech prud’hommes

En somme, Domenech est en crise…

Tiens, Raymond Domenech va modifier sa « Com ». C’est ce qu’il vient d’annoncer via, bien sûr, un com-muniqué. Nous vivons quand même une époque formidable. Et dans le domaine de la communication, ce dernier avatar fait de l’ancien sélectionneur un cas d’école, très certainement sujet de moult thèses et mémoires dans les prochaines années.Voilà donc un homme qui a tout fait et tout dit en six ans de mandat à la tête des Bleus pour qu’on le voue aux gémonies, ou du moins pour que l’on s’interroge sur ses actes. Il a accumulé les phrases, les explications, les non-dits les plus alambiqués, comme jamais un entraîneur n’en avait produits, et dieu sait que quelques-uns de ses prédécesseurs avaient été des champions en comportements névrotiques… Mais Domenech en a sans doute été le pape. Eh bien, il va se lancer dans un nouveau genre d’encyclique.

Six mois après son limogeage, Raymond va faire appel, outre son avocat, à une société spécialisée en « gestion de communication de crise », la même que Sébastien Chabal. Domenech est donc en crise. En crise de quoi ? Au passage, je l’informe s’il ne lit pas la presse que nous le sommes tous, en crise. Plus clairement, je crois que le nouvel entraîneur des poussins de Boulogne-Billancourt prépare très soigneusement les mois ou années qui le séparent de la décision finale que prendront à son égard les Prud’hommes dans le procès qu’il a intenté contre la FFF. Plus que la raison invoquée par le communiqué (« voir son nom et son image instrumentalisés pour masquer les manquements des instances du football. »), il veut simplement s’arroger le magot qui lui est possiblement promis.

Et maintenant, Domenech va jouer le silence de l’agneau

L’enjeu n’est pas mince. Deux millions et neuf cent mille euros exactement (comprenant les indemnités de licenciement non versées et celles du préjudice soi-disant subi), soit la somme réclamée à son ancien employeur et celle qui peut en effet faire la différence entre un homme heureux et le même en crise… CQFD. Et c’est à partit de maintenant que je pense que Raymond a raison. En amateur éclairé de poker, et donc de bluff, il sait que la partie va se jouer sur les mimiques, les intentions cachées, les regards de travers et l’attitude générale à la table du jeu.Oui, Domenech semble avoir compris, il était temps, que ses explications médiatiques ne passaient pas. Elles le desservent plus encore, le personnage présentant le défaut majeur d’être naturellement hautain et méprisant. Une entreprise de redressement de la parole s’imposait. En l’occurrence, la société Laminak, c’est d’elle dont il s’agit, va probablement la lui couper cette parole. Pour cent ou deux cent mille euros (5 ou 10 pour cent du résultat favorable possible, ça n’est pas cher !), Raymond s’y pliera de bonne grâce.C’est bien la partie de poker qui commencera ensuite. Je le disais, tout se jouera dans l’image que l’on offre à l’adversaire. C’est elle, et seulement elle, qui compte. Domenech a déjà entamé le processus : entraînement des jeunes, campagnes de pub plutôt rigolotes, et surtout, surtout plus de discours. L’ex-technicien de la phraséologie ésotérique de l’équipe de France va devenir celui du silence. Celui des agneaux ?

But du jeu, rétablir son image désastreuse. Je parie sur une amélioration notable si, et seulement si, je le répète, l’artiste ne l’ouvre pas (sa bouche). D’autant que les griefs lui étant reprochés sont bien insignes. Ne pas avoir serré la main d’un collègue ou avoir lu un communiqué (encore un !) avec maladresse ne constitue pas vraiment une cause grave de licenciement. Raymond a été beaucoup plus incompétent que malhonnête.