Archives du mot-clé coupable

Thierry Henry, responsable, pas (trop) coupable

Allez, il a fait une main. Il l’a reconnu. Soit, pas aussi franchement qu’on l’aurait souhaité. Mais, même la main dans le sac, les fautifs, mettons-nous un peu à leur place, ont du mal à passer à confesse.

Problème, cette « mimine » rend Thierry Henry l’homme le plus exécré d’Irlande. Et par voie de conséquence fait de la France un pays de tricheurs et d’escrocs. Henry est-il défendable ? Je me fais l’avocat du diable et je dis oui. Certes, le capitaine des Bleus a sciemment, et les images sont terribles pour lui, fait usage de sa main (il a tant de fois contrôlé le ballon avec la même efficacité avec ses pieds !) pour délivrer ensuite la passe décisive à Gallas. Mais, ce type de mauvais – très mauvais – réflexe, s’est produit à dix, vingt ou trente reprises durant ces deux matches de barrage (tacles par derrière, coups de coude, insultes entre joueurs et envers l’arbitre…) sans bien évidemment engendrer la fatale conséquence pour les Irlandais de celui d’Henry.

Vous me direz: mais pourquoi Titi n’a-t-il pas sur le terrain immédiatement, au moins en le laissant entendre par des gestes ou en en parlant avec ses adversaires, qui avaient tout vu, reconnu sa faute ? Il l’a dit après le match. Il n’est pas arbitre. Sur un million de gestes semblables, j’affirme qu’aucun sportif, professionnel ou amateur, ne vient spontanément avouer son forfait. Très rares sont les exemples contraires. Je me souviens d’un cas, en Angleterre je crois, où Bergkamp était allé indiquer à l’arbitre qu’il avait commis une faute avant de marquer.

Henry est un compétiteur. Et un homme, avec ses faiblesses. Il plaidera complètement coupable, un jour ou l’autre. Mais pas aujourd’hui.

PS: ma petite tête et ma mémoire m’ont joué des tours. Les cas de fair-play spontané de ces dernières années sur des terrains sont un peu plus nombreux que je pensais.