Archives du mot-clé chamack

Lyon-Bordeaux, jouissance imprévue !

A priori, ce Lyon-Bordeaux ne m’alléchait pas, je l’avoue. Un quart de finale de Ligue des Champions franco-français, ça sentait le match fermé, tactique comme on dit dans France-Foot ou à Canal, avec un 0-0 à la clé. J’avais d’ailleurs prévu de compenser cette carence de plaisir footballistique par un accompagnement alimentaire certainement plus jouissif : le fameux MacDo-frites-Coca qui fait oublier pas mal des misères de la vie.A peine le temps d’attaquer mon cheese burger et voilà que Lisandro plante le premier pion de la partie. Et que, deux minutes plus tard, Chamack (de luxe !) égalise. Sur une action de grande classe de Gourcuff ! Eh ouais, ça jouait bien, bizarrement bien. Des deux côtés. Quelle surprise, moi qui m’attendait à une partie de manivelles, à des coups de savate dans les genoux, à des jérémiades. Que nenni. Du foot, du vrai quoi, pas de la Ligue 1.

Je venais de finir mon paquet de frites et j’entends dans le poste un bruit violent de Bastos. 2-1 pour Lyon. Ca continuait à pétarader dans tous les sens. Mais qu’est-ce qui leur prenait à tous ? C’est quand même un monde. On n’a pas le droit de déranger comme ça un gars qui n’a pas envie de voir un match intéressant !

Mais non, ils s’y mettent tous, les gardiens de but y compris. Lloris et Carrasso me font avaler mon Coca de travers, ma moquette en prend un sale coup ! Je commence à me remettre, et pan, en pleine crise de hoquet, un péno. Discutable mais y a main quand même, et troisième but des Lyonnais. Pas le temps de nettoyer ma moquette parce que ça s’anime toujours autant sur celle de Gerland et que cette fois c’est moi qui est dans le match ! Merde, c’est fini. C’était vachement sympa finalement. Mais la prochaine fois, qu’on me prévienne, je bouffe avant !

Une finale pas belle à voir

J’ai vu samedi soir, sur France 3, absolument tout ce que je ne voulais pas voir.

Une finale de la Coupe de la Ligue entre Bordeaux et Marseille, c’était pourtant alléchant, prometteur, presque sexy tiens ! Avec des filles en petite tenue qui amenaient le trophée sur la pelouse, je me disais que ça commençait bien ! Mais non, du petit copier-coller des arrivées de ballon au rugby, copyright Max Guazzini. Et encore un pompage de l’ovalie, celui du micro sur l’arbitre ! Toujours raté. M. Lannoy, mais je ne lui jette pas la pierre car il avait l’excuse de la première fois, s’est cru, muni de son nouvel outil, incarner l’arbitre des élégances »: « Ca va Monsieur Lucho ?… Pas de mal Monsieur Gourcuff ?… ». Et pourquoi pas: « Un petit scotch Monsieur Ben Arfa ? »

Et puis la langue de bois, avant le match, du grand art. L’ineffable Mamadou Niang à Daniel Lauclair: « Non, non, on ne pense pas aux dix-sept ans sans trophée. C’est vous qui y pensez. » Ben voyons !Premier quart d’heure du match, le plus insupportable depuis des lustres. Des coups de coude, des cisaillements par derrière – les jambes décollées du sol -, des hurlements pour tout et n’importe quoi, des moulinets de bras pour influencer l’arbitre. Au bilan, quelques cartons jaunes, des bisbilles, pour ce qui aurait mérité au moins trois ou quatre rouges. Je plains les pauvres éducateurs lambda, bénévoles, quand ils devront expliquer à leurs jeunes qu’un tacle ne s’effectue pas à la carotide…Quant aux commentateurs, dont le consultant Xavier Gravelaine, ils étaient à la ramasse complète. Comme toujours.

J’aime bien Laurent Blanc. Son travail à Bordeaux est éminemment respectable. Mais, autre épisode malheureux de cette finale, je n’ai pas apprécié qu’il n’aille pas au bout de sa logique. Il aligne sa meilleure équipe et à 2-0 contre lui, il sort Gourcuff et Chamack. Oui, je sais, la suite de la saison… Cher Laurent, on doit respecter le jeu et l’adversaire, comme on dit en rugby. On joue sa chance à fond ou on ne la joue pas, et dans ce cas il fallait laisser vos stars en Gironde. Vos supporters l’auraient compris.Voilà, que du bonheur…