Archives du mot-clé calendrier dieux du stade

Calendrier dieux du stade: Pénalité contre Jacky Lorenzetti

Alors là, je n’en reviens pas. On vient de remettre en cause le calendrier. Certes, pas l’officiel, le séculaire calendrier de l’envoyé de Dieu, le pape Grégoire VII (dit Grégorien), presque un demi-millénaire d’âge, mais l’autre, tout officiel et incontournable, celui des Dieux du stade et du rugby, dans toutes les bonnes librairies et sur toutes les tables basses depuis une décennie…

L’affaire est grave. Enfin, grave, pas complètement désespérée… Résumons, Jacky Lorenzetti, le président du Racing-Métro 92, s’associe à l’un de ses joueurs, Henry Chavancy, qui ne souhaite plus figurer dans le fameux « Calendrier des Dieux du Stade » version 2012, à paraître cette semaine et pour lequel il avait accepté de poser dans un premier temps. Dans un communiqué aux termes curieux, faussement humoristiques, Mr Lorenzetti pointe clairement sa différence des conceptions des valeurs de son sport avec Max Guazzini, son ancien collègue-président du Stade Français mais toujours concepteur artistique du calendrier des Apollons de l’ovalie…

Quelle mouche a donc piqué Lorenzetti ? Quel sentiment l’a poussé à employer des termes comme « Ces dieux du stade ne sont pas de notre panthéon » ou « Nous refusons que notre joueur s’embarque sur ce radeau en perdition… » Sans en rajouter dans l’ineptie sur des propos aussi ridicules, Mr Lorenzetti ne justifie en rien sa décision. Je crois qu’il n’a justement aucune raison valable de le faire. Pas la moindre.

Ce calendrier est depuis dix ans une bouffée d’air frais dans un rugby qui avait été enfermé des générations durant dans un carcan de machisme puant, de misérable virilité antique. Un rugbyman, ça avait des couilles. Une mêlée, c’était pas un truc de gonzesses. Bref, le rugby était une activité réservée aux mecs, aux vrais. Pas de place pour les « petites bites », et je passe sur le plus vulgaire… Voyez le genre… Tellement caricatural que les filles étaient interdites de match, de spectacle. Trop dur, trop de bleus, trop de bosses, trop de dessous de bras malodorants… Et Max est arrivé… Avec son cheval blanc et ses slips roses… Et son calendrier.

Monsieur Lorenzetti, soyez un « poil » plus tolérant…

Des gars « à poil », comme dit Lorenzetti… A poil, c’est vite dit. Ils sont carrément rasés, épilés, dépoilés plutôt, sur le papier glacé, nos rugbymen. Ça n’est peut-être pas le genre de Mr Lorenzetti. Soit. Et je l’avoue, pas le mien non plus. Mais c’est celui de la majorité de la gent féminine et sans doute d’une partie non négligeable de l’autre gent ! C’est comme ça, monsieur le président du Racing Métro, ça commence à faire du monde au balcon et ça ne fait de mal à personne… Alors, c’est vrai, j’en conviens, ce calendrier n’est probablement pas une entreprise totalement philanthropique. Mais qu’est-ce qui l’est authentiquement ? Je ne vous ferai pas l’article à ce sujet, à vous, un dieu du business…

En vous lisant, j’ai eu l’impression que l’on retournait plus de cent ans en arrière quand Paul Claudel clamait, repris par Jules Renard dans son fameux Journal, que « la tolérance, il y a des maisons pour ça… ». Rétro, rétrograde…

Non, Mr Lorenzetti, il faut vous retourner. Je ne vous demanderais pas de le faire avec une serviette enroulée en bas des hanches. Mais si vous pouviez reconsidérer votre position, prendre une pose, disons… un « poil » plus… langoureuse, je vous en serais gré…