Archives du mot-clé bastareaud

Lièvremont, Bastareaud… les incommuniquants

Seraient-ils les nouveaux Arthur Rimbaud ? Nos sportifs ont en ce moment une fâcheuse tendance à se créer leur propre Enfer ou à, comme pour un autre cauchemardeux, Charles Baudelaire, se forger des âmes de poète maudit. Plus leur carrière avance et Mathieu Bastareaud, Yoann Gourcuff ou Aravane Rezaï s’enfoncent dans l’incompréhension, la leur propre, et amplifient chaque jour celle des autres à leur encontre. A moins que, pourquoi pas, ce soit l’inverse. Et que, le fameux Enfer, ce soit le monde qui les entoure…

Prenez le trois-quart centre du Stade Français. Bâti de corps pour le rugby. Une entrée de bulldozer en équipe nationale il y a deux ans. Et, en apparence, un calme et une tranquillité faits pour durer. Et puis, patatras. Le jeune homme fléchit progressivement dans ses performances et craque au mauvais moment au mauvais endroit, au pays même du jeu, en Nouvelle-Zélande. Une sortie nocturne, un fait plus que commun dans le milieu, qui se transforme pourtant en fait divers puis, et c’est le plus grave, en parjure. Du statut inventé d’agressé, Bastareaud passe à celui de menteur. L’affaire le dépasse. Soins psychiatriques. La chute.Bastareaud n’est jamais revenu à son niveau. Et il en semble plus que jamais incapable selon les dires, ce mardi, du sélectionneur Marc Lièvremont, qui enfonce une nouvelle fois le clou à son sujet. Mais, joli paradoxe, le patron des Bleus, lui-même piètre communiquant, stigmatise la « façon de communiquer » (dans la presse) de celui qu’il persiste à exclure de son groupe. Donc, Bastareaud serait non seulement fragile mais en plus mal conseillé et mauvais vecteur de ses pensées… Beaucoup pour un seul homme. Lièvremont, c’est ma conviction, n’a pas voulu accabler Bastareaud. Je suis même persuadé que son intention était inverse. Mais quand un autiste veut expliquer la psychologie d’un autre autiste…

Ces enfants de la balle perdus dans l’univers des maux et des mots…

Voyez maintenant le cas Gourcuff dont le talent inouï se dilue depuis un an et demi dans le bruit et la fureur de tout ce qui entoure le prodige, équipe de France, transfert record de Bordeaux à Lyon, critiques d’anciens partenaires… Et les ressemblances frappantes avec le traumatisme précédent. Une sensibilité exacerbée qui ne peut sans doute se marier avec le maelström médiatique.Dernière enfant de la balle perdue dans l’univers des mots et des maux, Rezaï. Pauvre Aravane. Dont la dernière conférence de presse représente le syncrétisme du monde de la communication moderne. La jeune fille s’en prend, sans s’en prendre, à son père, faux papa poule, avec qui elle ne peut couper le cordon ombilical. Téléguidée par des agents âpres à ne pas perdre leur poule aux oeufs d’or, Rezaï a récité sa leçon de volonté : « Je veux prendre ma vie en main ». On voudrait la croire…

Chabal Com’mutant et Bastareaud Com’ediante !

Sébastien Chabal qui se blesse avant le Tournoi et qui l’annonce d’un coup de fil à son sélectionneur mais surtout sur Twitter. Mathieu Bastareaud qui revient chez les Bleus et qui communique plus avec son « psy » qu’avec ses entraîneurs. Pas de doute, on est en 2010. Le sport ne peut plus vivre sans une « comm » adaptée à son temps, très adaptée même.

Chabal, pour la deuxième fois en quelques semaines, donne de ses nouvelles sur la toile. Il a tout compris. Sans passer par la case Marcoussis (où se préparent les joueurs de l’équipe de France et où ils sont obligés de répondre au moins une fois aux questions de la presse avant chaque match), plus aucun journaliste mal intentionné (c’est le vice qu’il leur prête en tout cas) ne viendra le titiller pour lui demander de plus amples précisions sur son forfait. Je voudrais bien connaître la réaction (la vraie) des sélectionneurs à cette fuite. Le Racingman sera-t-il sanctionné pour ce type de comportement pour le moins baroque ?

Bastareaud, lui, dont le cas est tout de même bien différent, adopte la technique plus éprouvée de l’explication bien apprise, bien étudiée, par le biais de moult interviews dans les journaux. En substance: « J’ai failli, j’assume, je fais appel à une psy et je ne ferai plus la même connerie ». Le problème, c’est que cette connerie (fausse explication de sa sortie nocturne controversée en Nouvelle-Zélande), il ne l’a toujours pas détaillée. On ne sait toujours pas ce qui s’est réellement passé cette fameuse nuit à Wellington.Alors, qui a raison dans sa façon de communiquer ? Celui qui n’a pas tort pardi !

Thierry Henry sportif français de l’année

Après avoir fait le tour de mes avis personnels, c’est le résultat officiel que je partage. Je viens de proclamer Thierry Henry sportif français de l’année.

Incontestablement, le capitaine des Bleus a donné son maximum en 2009. Il a fait des pieds et des mains pour l’équipe de France.

Deux autres figures du sport tricolore auraient également mérité de la patrie, Richard Gasquet et Mathieu Bastareaud. Je les classe respectivement deuxième et troisième.

Gasquet a parfaitement fait le joint entre l’ancienne et la nouvelle génération du tennis français. Il a su rester en contrôle total.

Quant à Bastareaud, ses sorties ont été exemplaires, surtout en Nouvelle-Zélande. Ses nuits sont quand même plus belles que ses jours…

ARTICLES SIMILAIRES :