Archives du mot-clé auxerre

Montpellier champion, Ubu roi de la Ligue 1, supporters rois des cons !

On croyait avoir tout vu dans notre baroque Ligue 1, mais non. Ce dimanche, Montpellier a été consacré pour la première fois champion de France sur le terrain d’Auxerre avec une joie ultime à la hauteur de ce genre d’événement si extraordinaire, mais une partie du public de l’AJA a lamentablement gâché la fête.

Ces quelques dizaines de personnes, appelées supporters, présentes dans l’une des tribunes de l’Abbé -Deschamps ont perturbé la rencontre jusqu’à la faire interrompre à deux reprises et à focaliser l’attention sur leurs agissements aussi bêtes que méchants, banderoles ordurières et lancements incessants de projectiles divers et avariés. Tout ça pour transmettre à la France entière on ne sait trop quel message. Ou plutôt ce que l’on sait déjà. Que des supporters déçus, en l’occurrence de la relégation de leur club en Ligue 2, peuvent se comporter en imbéciles, s’ils ne l’étaient pas déjà avant…

Pour ne pas être en reste, d’autres supporters, vieux habitués, eux, à l’absence totale de réflexion et de pensée, ceux du PSG (une frange bien sûr, mais toujours eux et toujours aussi persistants dans leur incurie), ont sorti à Lorient une de leurs armes d’expression favorites, des fumigènes… Là aussi, la rencontre a été arrêtée pour cause d’insulte notoire à l’intelligence.

J’en appelle raisonnablement à la conscience des responsables de notre football et même du pays. D’un désastre à l’autre en quelques mois, de Knysna à Auxerre et Lorient, que faut-il qu’il arrive de plus à notre football pour qu’il tombe encore plus bas, c’est à dire sous le niveau de la mer ? Malheureusement, tout ou presque a échoué jusque-là dans ce domaine puisque en ce 20 mai 2012, une dernière journée de Ligue 1 s’est jouée dans des stades où ce sont les CRS qui ont animé le spectacle !

Auxerre, les petits clubs ne meurent jamais

L’Association de la Jeunesse auxerroise est indispensable depuis quarante ans à la vie du football français. Indispensable parce qu’elle est un poil à gratter pour les vaniteux. Auxerre fait dans la modestie quand d’autres bombent le torse et font briller les millions. Et pourtant, cette saison, le Paris SG et Bordeaux dont les puissances financières sont le double ou le triple de la sienne, regarderont à la télévision l’AJA disputer la Ligue des Champions.

L’AJA, c’est toujours pareil. On n’en parle pas, on n’en fait jamais un favori mais au final, le club bourguignon et ses trente millions d’euros de budget fait la nique à tout le monde. Comme en barrage de la Ligue des Champions face au Zenit Saint-Petersbourg (0-1, 2-0), la formation russe parrainée par le sponsor le plus riche du monde, Gazprom.

Et Auxerre va peut-être se retrouver dans le groupe du Real Madrid, de Manchester United, du Bayern Munich ou de Barcelone, les géants du foot européen. Si l’AJA n’est pas sûr de passer l’obstacle et d’atteindre les huitièmes de finale, ce qui n’est néanmoins pas une utopie, elle est en tout cas certaine de battre tous ses adversaires sur le plan de la gestion. Car ce qui est sûr par contre, c’est que l’AJA ne fait pas partie des acharnés de l’endettement ou des dingues du recrutement. A Auxerre, on forme, on éduque, on construit. Et, comme Guy Roux pendant quatre décennies, on fait les comptes au boulier tous les ans pour savoir si on a seulement de quoi acheter des nouveaux ballons d’entraînement.Et à la fin de chaque saison, il ne reste aux supporters du campagnard stade Abbé-Deschamps que leurs yeux pour pleurer quand Basile Boli, Eric Cantona, Philippe Mexès ou Djibril Cissé , tous nés à la gloire dans le fameux centre de formation, quittent les bords de l’Yonne pour des cieux plus dorés. Mais ces supporters essuient leurs larmes l’année qui suit. Des petits jeunes ou de fines recrues viennent constamment reconstituer le vivier. Il serait d’ailleurs étonnant que les vingt millions d’euros qui vont venir venir garnir les comptes  grâce à la qualification pour la Ligue des Champions servent à combler quelque instinct de folie.Il faudrait remettre la Coupe d’Europe à Auxerre. Celle du mérite.