Archives pour la catégorie Coupe du monde football

Le pouvoir spectaculaire du sport

Dans le livre « Le pouvoir du sport » (Marie-Cécile Naves, Julian Jappert – Editions fyp) les auteurs livrent une analyse passionnante à propos de l’emprise du sport sur notre monde moderne.

Une réflexion d’autant plus intéressante qu’il y a quelques décennies, on posait la question de façon radicalement inverse. Le sport n’était qu’une scorie dans le magma apoplectique de la folle marche des hommes.

 

De l’utilisation du sport à son état d’objet passionnel

Certes, nombre de nations se servaient depuis plus d’un siècle du sport et de  sportifs comme de pions, sur un échiquier planétaire aux places si disputées. Les « valeurs » du sport, au dévoiement progressif si précisément décrypté dans cet ouvrage, permettaient alors par exemple à l’Italie fasciste ou à l’Allemagne nazie d’organiser une Coupe du monde de football (1934) et des Jeux Olympiques (1936) dans le seul but de blanchir leur macabre régime.

Le spectacle du sport n’en était qu’à son prélude. Comme d’ailleurs son fonctionnement, on dirait son essence en philosophie. S’il ne fallait donner qu’une seule explication au phénoménal essor au XXe siècle de ce que Pierre de Coubertin nommait « culte volontaire et habituel de l’effort musculaire intensif appuyé sur le désir de progrès pouvant aller jusqu’au risque« , on se risquerait justement à ne retenir que ce qui définit le sport comme un spectacle.

Pourquoi une définition si restrictive ? Tout concourt en sport vers le spectacle (selon le dictionnaire Littré : « ce qui se présente au regard, (…) qui attire l’attention et/ou éveille des réactions ») et, partant, vers le phénomène médiatique. Curieusement, à l’exact opposé de ce qu’en désirait son « inventeur » moderne, qui supportait à peine l’obscénité des tribunes de stades. L’effort était selon lui un accomplissement individuel qui devait contribuer à l’amélioration du genre humain, mais pas sous les yeux d’un « bloc hideux » (les tribunes).

Le sport est aujourd’hui l’objet de passions qui poussent mécaniquement les humains à s’y intéresser. Davantage désormais qu’à d’autres domaines, le travail, l’étude, l’Art, le cinéma… L’image du sport s’est presque naturellement imposée dans les années d’après seconde guerre mondiale. De par sa variété, son incertitude puis son inépuisable amélioration technique, l’image, principalement télévisuelle, a cristallisé l’émotion collective.

 

Échapper au monde avec le sport

Le plus surprenant c’est que l’activité physique, non compétitive, pratiquée pour ce qu’on appelait déjà le « bien-être » lors de la montée de la civilisation industrielle, et de nos jours pour l’entretien et l’affermissement de la forme physique voire mentale, se doit d’être de plus en plus spectaculaire. Qui ne court, ou soulève ou gesticule pour apparaître plus élancé, mince ou « sportif » !

Mais qu’est-ce qui peut donc faire du sport un spectacle si attirant, si puissant, et sans doute si aliénant ?

Plus de secret, c’est bien l’émotion. L’émotion nous est, en ce XXIe siècle de la Communication, commandée de toutes parts. On trime, on paie pour en obtenir. Que demandaient les populations du monde en juillet dernier en suivant la Coupe du monde de foot ? Tout simplement se laisser aller à leurs pulsions : « La place du jeu, écrit Georges Vigarello, donne lieu à des pulsions qui ailleurs ne pourraient s’exprimer ».

Et, en conséquence, le sport offre à l’homme une perception des choses qu’il ne ressent sans doute pas pour autre chose. Une autre définition en somme de l’opium du peuple.

S’ajoutent bien entendu les caractéristiques si spécifiques au sport-spectacle que je détaille dans un de mes cours, l’incertitude et l’esthétique, cette dernière si propre à chacun.

C’est sans doute la sportivisation de notre humanité à laquelle nous ne pouvons plus, pour l’instant, échapper…

 

 

 

Publicités

Le foot rend-il (très) con ?

En jetant comme d’habitude un œil à l’actu sportive du moment, on ne prend plus même la peine d’y réfléchir plus loin que le bout d’une synapse. On hausse un sourcil, on soupire, on zappe. Tout devient binaire. C’est 0 ou 1, c’est oui ou c’est non, c’est cool ou c’est pourri.

Dans la Bible du jour (le journal du sport) j’apprends que notre Ligue 1 vaudra très vite 1,5 milliard d’euros par an (contre 578 millions aujourd’hui). C’est un fait acquis que depuis Canal Plus qui avait eu l’audace, la folie, en 1984, de faire des chèques de 100.000 francs par match de D1 à la Ligue, le ballon rond est une marchandise toujours plus chère. En dehors de deux ou trois fondus de l’explication rationnelle de l’irrationalité comme moi, personne ne se demande pourquoi. Comment ? On s’en doute davantage.

Si le Qatar débourse pour Neymar 222 millions d’euros, Facebook ou Google, qui ont avec l’expansion démographique mondiale des potentialités bien supérieures qu’un émirat qui n’aura plus de gaz dans trente ans, peuvent bien engager des sommes, comme ça, pour voir, que leurs actions en bourse leur permet d’étaler très vite sur la table.

Le tout est quand même de se demander si le foot, et plus particulièrement une saison de Ligue 1, en vaut la chandelle. Mais mon bon Monsieur, vous répondront les économistes époustouflés par une si débile question, c’est que le foot c’est du spectacle, de l’émotion, et de nos jours c’est du people, du réseau social, du maillot en boutique, de la femme de footballeur, du tatouage à la pelle, du rap, de l’affaire sexuelle en veux-tu en-voilà, et bien davantage encore. Et la rentabilité, ajoutent-ils dans un râle de dénigrement, ça n’est pas la question. Il faut faire le buzz. Et du moment qu’un Neymar ou un Mbappé font de l’audience le dimanche soir, on peut ne pas se soucier du Guingamp-Troyes de la veille.

Dans un autre genre, l’actu de ce 12 octobre 2017 tourne autour de l‘indigence présumée de nos Bleus qui iront pourtant en Russie l’été prochain voir si Poutine est enfin bien luné. Et comme nous sommes aussi abrutis que d’habitude, les Newton et Tocqueville de l’analyse post moderne nous livrent leurs avis. « Le jeu doit être meilleur avec ou sans ballon » lance l’un, « On doit pouvoir aller dans le dernier carré » prédit l’autre. Le carré magique de l’hypoténuse sans doute.

Mon avis à moi, ma bonne dame, c’est que d’ici-là et au prix où est l’iPhone 10, il faut s’attendre à ce que Apple ou les autres vendeurs de bonheur en numérique nous farcissent encore de quoi ne jamais faire travailler nos neurones.

La firme du regretté Steve Jobs devrait du reste s’intéresser à la technologie réelle, utile, efficiente. Et d’installer des applis de goal line technology au Panama, qui s’est qualifié aux dépens des Etats-Unis en inscrivant un but lors de l’ultime journée des éliminatoires alors que le ballon n’avait pas franchi la ligne. Lors d’un match arbitré, mon bon Monsieur et ma bonne Dame, par un Guatémaltèque. Inutile de réfléchir plus longtemps à ce qu’en aurait dit Thierry Roland

Blatter, le Prince, Machiavel et la FIFA

Dans dix ans, dans cent ou plus, on étudiera son oeuvre et son règne dans les universités numériques et les anthologies de l’art de gouverner. Joseph Blatter a, c’est certain, lu, relu, retenu, appliqué si bien les leçons du concepteur de la tactique politique, qu’il en est peut-être le seul et unique dépositaire.

Mieux que Talleyrand, Metternich, Bismarck ou autres quelques bons mauvais génies un peu plus modernes, cette fois du sport, comme Juan Antonio Samaranch, Joseph Blatter aura incarné une organisation du football qu’il a durant dix-sept ans magistralement géré dans la ruse, la duperie, les apparences et surtout la lucidité. Toutes vertus que Nicolas Machiavel avait conseillé de développer aux futurs dirigeants du monde il y a exactement cinq cent ans…

Le plus sublime dans la vraie fausse démission (on ne sait pas trop quand elle sera effective) de son poste de président de la FIFA ce mardi 2 juin 2015 du plus fieffé renard de l’histoire du sport mondial, c’est qu’il n’a bien entendu rien reconnu de ses actes délictueux. Ni répondu puisqu’ils n’existent pas selon lui. En tant que parfait disciple de Machiavel, il ne dit jamais « je » ni « moi je », sauf naturellement lorsque il se gonfle du col pour réaffirmer les bienfaits qu’il aurait prodigués à toutes les fédérations du sport le plus populaire du monde.

Blatter et le « milieu » de terrain !

Comme l’a écrit Machiavel, le prince doit à tout prix éviter « la haine du peuple… pour le satisfaire et le tenir content ». Monsieur Jo n’avait pourtant que faire du peuple du football. Mais il est aujourd’hui la cible du milieu, de son milieu, celui de la secte de la FIFA, de ses membres, dont il ne pouvait plus tenir les rênes pourries par la corruption, les attributions truquées, les marchés véreux et les prébendes.

Ce milieu l’a lâché sans doute, il l’a avoué aujourd’hui dans une conférence de presse plus Blatterienne que jamais, avec son cortège de vérités dorées de mensonges et messages standardisés (la « transparence », « mon souci c’est le football »… blablabla) plus gros encore que le magot de dix millions de dollars de pots de vin versés par son secrétaire général, Jérôme Valcke, au mafieux Jack Warner pour favoriser des votes d’attribution à des Coupes du monde.

Sepp Blatter affirme qu’il va désormais d’ici son départ, c’est à dire à la saint glinglin, se consacrer en quelque sorte à laver et purifier une organisation vermoulue du sol au plafond. La bonne blague suisse ! Il va évidemment profiter de son temps restant pour faire disparaître ou falsifier un maximum de documents pouvant le compromettre directement, comme tous les princes forcés à la fuite ou l’exil.

Le guide de Machiavel aux princes, celui qui leur indique les moyens de garder le pouvoir, devrait encore servir…

Le sport, nouveau gouffre à fric !

Quel plongeon dans leur surface financière ! Cet été, on ne plastronne même plus chez les grands argentiers du sport. On répand même sans plus de faux semblants de la glande lacrymale à pleins jets. Le pognon fout le camp de partout…

A TF 1, la « plus belle Coupe du monde de l’histoire » a pourtant engendré le « plus beau déficit de l’histoire » d’une chaîne de télé française pour un événement sportifTrente millions d’euros.

Juste en face du pont de Garigliano, chez France Télévision, c’est une énorme chute à l’arrière de l’audience du Tour de France, et contrairement aux vrais faux chiffres toujours magnifiquement retravaillés par les services de communication du mammouth public, qui a entraîné une échappée moche d’au moins dix millions d’euros.

La faute à pas de chance – les dopés les plus chargés et donc les plus chargeurs d’audience ont déserté – ou aux commentaires toujours davantage lénifiants, aveugles et sourds à toute critique ou problème, peu importe. Le Tour de France n’attire plus les spectateurs que sur la route où l’on peut au moins s’offrir des casquettes gratuites après avoir été pompé de sa redevance.

Et le beau et toujours magicien des bilans Bilalian Daniel, n’en finit plus édition catastrophique après édition désastreuse de la Grande Boucle, de nous expliquer que l’épreuve génère d’aussi fabuleuses que mystérieuses et futures parts d’audience…

Chez les chaînes (très) payantes, on se castagne désormais à milliards de bourre-pifs et mains nues sans plus prendre de gants de boxe. C’est la guerre totale. Et peu importe que Canal + soit dans les cordes et dans le rouge le plus vif de son histoire, sa (sur)vie en dépend. Toute arme est bonne pour tenter de marquer BeinSport à la culotte ou de tenter de la lui ôter.

Mais même le rugby, dernière niche à peu près rentable, est sanctionnée par l’arbitrage video de l’Autorité de la Concurrence. Canal se serait entendu avec la Ligue Nationale de rugby pour arracher ses cinq ans d’exclusivité du Top 14…

Même l’Emir du Qatar commence lui-même certainement à se demander si cette gabegie de gazo-dollars est raisonnable !

Le proprio de Beinsport, l’Emir du Qatar, commence lui-même certainement à se demander si tout ça est raisonnable. Le PSG ne ramènera sans doute jamais autant de gazo-dollars qu’il ne génère de dépenses. Michel Platini n’est pas trop d’accord avec les méthodes de comptabilité d’achat de marchandises de ces messieurs, un peu trop oligarques à son goût. Et Platoche est encore jeune comparativement à Sepp Blatter, le manigancier de Zurich. Restons fair-play

A propos de Blatter, Adidas, dont il fut le Deus ex machina, pleure en ce milieu d’été tous les bénéfices de ses trois bandes. L’action de l’équipementier de Jesse Owens a dévissé ce 31 juillet 2014 de plus de 11 %. A Francfort, en Allemagne, au milieu du dernier îlot triomphant de l’économie européenne et avec sa Manschaft éternelle, Adidas s’est marqué un but contre son camp…

Marchands de rêve…

Mondial 2014 : France Allemagne c’est au-dessus de tout !

Pour les petits footeux en short jusqu’aux genoux et aux Nike rose fluo, je dis une chose, une seule, voyez ou revoyez Séville 1982. Non, ça n’est pas du paternalisme ou de la « Thierry Roland nostalgie ». C’est de l’histoire de France. Il ne faut jamais négliger l’apprentissage.

Comme les bons livres des bons auteurs, on peut les lire et les relire une vie durant en y tirant toujours du bon, au minimum des leçons. Séville donc. En Andalousie. A base de civilisations fondamentales. C’est bien simple, tout le monde y a foutu les pieds en trois mille ans. Ce patelin, c’est un résumé de la civilisation humaine. Avec évidemment de la tête coupée à profusion. Et du Grec, du Romain, du Phénicien et un brin de Teuton.

Tout le monde, sauf visiblement des Gaulois qui y débarquent en juillet 1982, sous la houlette de leur chef Michel Hidalgo, au nom prédestiné. C’est une demi-finale de Coupe du monde et il faut battre les wisigoths pour espérer coiffer la couronne de roi, à Madrid quatre jours plus tard.

La bataille va durer deux heures et demie. Lumière bizarre, terrain baroque, ombres inquiétantes dans un stade, Sanchez Pizjuan, où les deux légions vont en découdre.

C’est la bataille du siècle. Les gentils contre les horribles. Des types en face de Platini et Trésor qui ont la bave aux lèvres. Effrayant. Les nôtres guerroient avec grâce. A la Cyrano. Depuis le début de l’épreuve, ils volent, envoient et touchent. Un quatuor presque magique au milieu de terrain et des flèches qui atteignent le but comme des archers à la parade.

Les Allemands nous broient les chevilles d’entrée. Le dénommé Briegel est un géant de deux mètres qui soulève une tonne de fonte avec une main et peut cavaler deux marathons d’affilée. Les autres, Kaltz ou Dremmler sont à l’avenant. A la télé, on écoute Thierry Roland qui, sur un ton désespéré, croit autant à la victoire que le général Weygand en 1940 contre les mêmes…

Vaille que vaille, la France tient le choc. Pas Battiston qui se fait démonter la tête par Schumacher, le portier allemand imbibé de substances vénéneuses et à l’œil exorbité de sang. Ignoble. Mais beau. Beau comme les nuits atroces de spleen de Verlaine ou Rimbaud, eux aussi imbibés de psychotropes pour décrire leurs sentiments.

Les Bleus finissent vaincus. Comme des dieux seulement vaincus par d’autres.

C’était un peu plus qu’un spectacle ce France-Allemagne. De la légende genre tapisserie de Bayeux.

Dans la nuit de Rio, au Maracana, je verrais bien Pogba ou Valbuena planter le dernier tir au but au sympathique Neuer. Et que les Allemands en parlent la larme au coin de l’œil pendant cent ans.