La folle journée française

C’est sans doute la plus dingue journée de l’histoire olympique française. Une journée de ouf comme on dit dans toutes les cours d’école.

Il ne s’était rien passé ou presque depuis l’ouverture des Jeux côté français. La moiteur brésilienne sans doute ou bien une nonchalance typiquement gauloise, ou même un sentiment très français de se faire passer les médailles autour du cou avant de les avoir gagnées…

Lacourt plonge dans le marigot

Et puis, ce mardi, tout a explosé un peu partout. La délégation française a pris un coup de chaud et la fièvre est montée tout au long de la journée. A la piscine, les propos chuchotés pendant la nuit aux radios par Camille Lacourt sur le dopage des Chinois et des Russes, relayés par le phénix des bassins Michael Phelps, ont enflé puis enflammé le monde de la natation et du sport tout entier déjà bien écorné par les scandale récents des athlètes russes et autres sportifs chargés de stupéfiants comme des mules.

Tout d’un coup, les médailles pleuvent

Après cet embrasement médiatique facilité jusque là par le rachitisme de nos places sur les podiums, ces derniers ont vu nos représentants les envahir en quelques heures. Une médaille d’or et une d’argent en cent vingt minutes au concours complet, discipline dont on parle moins en quatre ans sur les chaînes d’info que pour un seul entraînement hivernal du PSG.

Dans le bassin d’eau de vitesse, à peine un enchaînement de Laurent Luyat plus tard, le céiste (pour l’épreuve de C1) Denis Gargaud Chanut, connu de sa famille et de son chien, a succédé au légendaire Tony Estanguet, dont le troisième titre à Londres en 2012 dans cette même épreuve avait permis aux commentateurs sportifs français de ne plus confondre qu’une fois sur deux le slalom monoplace avec l’aviron.

Et en début de soirée, une quatrième puis une cinquième médaille, à l’escrime (Gauthier Grumier) et au judo (Clarisse Agbegnenou), tombaient dans notre escarcelle. On pouvait enfin regarder sans rougir de honte le si sérieux tableau des médailles où nous étions la veille surclassés par vingt-six nations, dont le Vietnam, Taïwan et le Kosovo. Ne manquaient plus à ce rythme que Monaco et le Vatican…

Agnel visé, Paire perd et sort

Pour clore cette journée de malade, on apprenait que c’était Yannick Agnel qui l’était. Le champion olympique du 200 m de Londres avait déjà annoncé sa retraite après ces Jeux où il avait quasiment coulé deux jours auparavant sur l’épreuve qui l’avait sacré, mais promis qu’il participerait au relais 4 x 200 m et viser une médaille d’équipe.

Mais patatras, le grand Yannick déclarait forfait dans la nuit de lundi à mardi et le staff tricolore avait du réveiller son remplaçant Damien Joly, qui se préparait pour le… 1500 m, pour qu’il se rase et s’apprête à nager douze heures plus tard. Résultat, notre relais complètement déstabilisé par une nuit d’agitation et de doute, s’est littéralement noyé dans la piscine.

Le jeune et prometteur Jordan Pothain a alors confié au micro de notre Nelson Montfort national et international qu’Agnel les avait « abandonnés ». Sidéré d’un tel crime de lèse-majesté, même proféré si poliment, Nelson s’en est pratiquement étranglé, interrogeant à nouveau le jeune impétrant rebelle, qui lui confirmait ce sentiment de trahison. Dans la nuit, Agnel se fendait d’un déni lors d’une conférence de presse solitaire. Ambiance…

En fin de soirée, cette ambiance pourtant généralement si feutrée au club France se plombait d’une seconde affaire en une demi-journée. Benoît Paire était officiellement sommé de ranger ses raquettes et shorts, faire sa valise illico et quitter le QG de l’équipe de France. Pour « nombreux manquements aux règles de vie » (« On le l’a pas vu à Rio, ou quasiment pas… ») selon Arnaud Di Pasquale, le DTN. Une première dans l’histoire de l’olympisme français. Le fantasque joueur, d’ailleurs plutôt satisfait et soulagé de s’en aller, venait de se faire éliminer par l’Italien non moins fantasque Fabio Fognini, après un match où aucun membre du staff de l’équipe de France de tennis ne s’était déplacé.

Cinq médailles, un pavé dans la mare et deux beaux scandales, la France est enfin la France à Rio.