Messi a des Adidas à puces, Müller avait un pif high-tech !

Si, si, j’y ai cru… Je vous jure, j’y ai cru une seconde à ce coup de pub aussi magistral que féérique orchestré par Adidas. Gerd Müller, le grand Gerd Müller, ne serait aujourd’hui qu’un buteur nain, bon à jeter aux oubliettes de l’histoire, un bombardier de microscope au regard de l’immenssissime Messi et ses pompes de Gargantua.

Oui, Leo aurait planté ses 86 buts en cette année 2012, et donc davantage que Gerd il y a quarante piges, tout simplement parce que l’Argentin conduit et tape le ballon avec des crampons en titane tri-carboné et dotés d’une puce électronique qui sait reconnaître le chemin des filets !

Bon, merci Adidas, merci le marketing, merci la science moderne. Bon sang mais c’est bien sûr, on n’y avait pas pensé. Et tout ça, ça n’est pas de la pub du tout et on ne nous prend absolument pas pour des demi-crétins au cerveau reptilien…

A côté de ça, bien joué quand même Adidas. Il faut dire que la marque aux trois bandes joue toujours bien les coups depuis que son fondateur, Adi Dassler (d’où « Adidas »), avait fourni Jesse Owens il y a quelques milliers de lunes en chaussures souples. Bon, mais comme Messi, je dois vous révéler que le grand Jesse, chaussures bien cousues ou un peu moins, et même pieds nus, il courait un tantinet plus vite que les autres.

Gerd Müller était en avance sur la high-tech…

Mais revenons à nos moutons et à nos buteurs de rêve. Là, je m’adresse directement aux petits enfants qui ne se laissent pas d’admirer, et avec raison, le talent, le génie du roi Leo (de Barcelone, pas de Paris). Je leur dis qu’ils doivent savoir qu’on ne peut comparer que ce qui est comparable. Même en pataugas, en bottes de chasse ou en tongs, der Bomber c’était un bombardier. Il plantait d’ailleurs la majorité de ses pions sans l’aide du bon vieux cuir ses pompes.

Le plus souvent du pointu, du genou, du tibia, de la fesse et parfois de l’oreille ou de la glotte… Un truc de fous, demandez aux défenseurs de l’époque s’il fallait surveiller les godasses de l’avant-centre du Bayern et de la Mannschaft pour éviter qu’il leur échappe… Non, il avait autre chose que des crampons de 16 ou de 18. Il avait un peu l’instinct du buteur, le Gerd… Un instinct, je vous le dis mes jeunes amis, un instinct… high tech !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s