Yannick Agnel, plus rare que l’or !

Plus grand que tout. En France du moins. Jamais un garçon de notre hexagone n’avait fendu l’écume d’une piscine avec tant de facilité et de domination sur d’autres nageurs.

Yannick Agnel vient d’aligner à Londres, en vingt-quatre heures, deux courses d’anthologie, phénoménales, hallucinantes. Et le plus surprenant de tout, facilement, presque avec désinvolture.

Une remontée fabuleuse dimanche dans le final du 4×100 m en avalant Ryan Lochte, ex-meilleur nageur du monde, et une dernière longueur surnaturelle lundi en finale du 200 m laissant sur place Sun Yang, le hors bord chinois.

Deux preuves vivantes de la naissance d’un nouveau génie des bassins, du calibre de la poignée des plus grands dauphins du passé, Mark Spitz, Michael Gross, Ian Thorpe ou Michael Phelps.

Il ne reste à ce gamin de vingt ans qu’à embrasser l’avenir de ses bras interminables, à dire poliment merde à tous les chronomètres de la planète et à rester lui-même, grand et humble. Si on ne le connaissait pas déjà un petit peu, on affirmerait que le plus dur commence… Avec cette nouvelle star au sang froid et à la tête pleine, c’est peut-être justement le plus simple.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s