Muffat et Agnel, les anti-stars…

Magnifique. La plus belle heure de la natation française s’est écoulée ce dimanche 29 juillet 2012 dans un calme… olympien. La grande Camille Muffat et le gigantesque Yannick Agnel ont nagé comme des dieux et n’ont jamais semblé si sereins.

Camille Muffat est montée sur la plus haute marche du podium après sa victoire au 400 m exactement comme si son triomphe coulait de source. D’une source tranquille mais que l’on imagine descendre d’un volcan tant cette fille si nature d’apparence a du bouillir intérieurement depuis des années. Mais la Muffat est comme ça, tout comme la Manaudou était autrement.

Une Laure Manaudou qui s’est évaporée ce même dimanche, avec le sourire, de la natation de niveau planétaire dans laquelle Camille Muffat est entrée de plain pied quelques heures après. La seconde lui a succédé sur le toit de l’olympe en décrochant l’or de la même distance huit ans après sa coéquipière en bleu blanc rouge. Mais Muffat, on le jurerait, ne fera pas sa star pendant les mois à venir malgré l’inévitable brouhaha médiatique qui va tenter de s’en emparer. Sans doute pas l’électriser.

Agnel nage le plus sublime 100 m de l’histoire de la natation française !

Et une Niçoise en a entrainé un autre, son compagnon d’entraînement Yannick Agnel et trois autres mousquetaires, Leveaux, Lefert et Gilot, vers les hauteurs les plus inaccessibles et enviées du sport. Après ses trois potes du relais 4×100 m qui avaient déjà fait un boulot de folie, Agnel a probablement nagé, Alain Bernard compris, le plus sublime 100 m de l’histoire de la natation tricolore. Parti deux mètres derrière Ryan Lochte, il est progressivement remonté sur l’ogre américain pour le dévorer dans les ultimes quinze mètres. Le cliché en parfait « négatif » de la course de Pékin…

Et Agnel, pas plus que sa camarade de la cité des anges, n’est un expansif. Intellectuel plutôt, puisque grand amateur de littérature devant l’éternel. Yannick n’a pas épanché la plus petite goutte de folie gestuelle ou verbale après son triomphe, au très grand dam de Nelson Montfort. Il est aussi comme ça, cette future immense anti-star de la natation bleu blanc rouge…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s