Roger Federer et le boson de Higgs…

Les larmes sans fin d’Andy Murray semblaient dire à la foule du Central de Wimbledon : « J’ai eu la terrible malchance d’être battu ici devant vous, mais la chance de ma vie c’est d’avoir eu l’honneur de jouer contre cet homme-là… » L’homme en question est suisse, riche et joueur de tennis, le meilleur que l’humanité ait enfanté.

Avec Roger Federer, tout est assez simple, comme de pousser une balle au-dessus d’un filet. On tape dans un objet qui se dirige toujours où on le veut, ou presque. Et si l’adversaire vous met des bâtons dans les roues, comme l’Écossais dans cette finale 2012 du plus prestigieux tournoi de la planète, on invente un nouveau procédé de jeu, comme Lavoisier sortait des nouvelles propriétés chimiques de ses éprouvettes.

A l’image de ce coup droit, tamis complètement ouvert, qui vient mourir dans une zone de gazon derrière le filet jamais touchée par quiconque. Ou comme ce lob du cinquième jeu, le plus long de l’histoire à Londres, du quatrième set, qui hantera longtemps les songes du grand échalas scottish et d’un public aussi énamouré qu’ébahi.

Pitié, Roger, dites-nous comment réussir une seule fois un coup droit comme celui-là…

Tiens, puisque l’on parle sciences, on connait encore mal ce qui génère dans le corps tant de perfection dans les gestes, les réflexes et la coordination de l’homme. On vient de découvrir le bozon de Higgs, cette particule élémentaire qui, paraît-il, serait la clé de la physique et de l’univers. Il serait temps de prévenir les savants qu’un élément plus fondamental encore existe sur les courts depuis des années. Et qu’on l’étudie d’un peu plus près… Parce que, c’est évident, Federer exerce sur une raquette des forces passablement mystérieuses, tout du moins inexpliquées jusqu’à présent.

Roger, par pitié, confiez-vous à nous. On ne le répétera pas, votre secret, c’est juré. Ne nous dites même pas comment remporter Wimbledon sept fois ou redevenir numéro 1 mondial… Dites-nous juste comment réussir, une fois, une petite fois seulement, un coup droit comme ça. Et on mourra tranquille, boson ou pas…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s