C’est à pleurer, Messi n’est plus un génie !

Quelle décrépitude. Il en pleurait de rage et de désespoir le génie du Camp Nou à l’issue de la plus invraisemblable demi-finale de Ligue des Champions de ce siècle. Lionel Messi était il y a huit jours le plus grand joueur de tous les temps, devant Pelé lui-même, Di Stefano, Cruyff, Van Basten et Maradona…

Tout le monde l’affirmait, l’écrivait, le hurlait, comme Christian Jeanpierre sur TF1 quand le petit Dieu argentin perçait les filets comme jamais aucun autre joueur ne l’avait fait avant lui. C’était donc il y a juste une semaine…

Ce mardi, le Messi ne l’est plus. Pas de but au match aller à Chelsea, pas de but samedi dernier contre le Real, et toujours pas ce mardi au match retour contre les Blues de Didier Drogba… Maudit Messi, une poisse du diable ce coup-ci, la sorcière aux dents vertes… Un penalty raté, qui aurait été bien sûr celui de la qualification pour la finale, un tir sur le poteau, quatre ou cinq balles perdues en fin de match et quelques frappes contrées, et Leo n’est plus qu’un triple Ballon d’Or de pacotille…

Roberto Di Matteo, l’entraîneur le moins expérimenté d’Europe a donc trouvé la solution « anti-messile » idéale. On dira peut-être dans cent ans en évoquant cette double confrontation Chelsea-Barcelone de 2012 que cet ancien avant-centre a en cette occasion révolutionné la civilisation… du football. On répétera que son équipe a été en possession du ballon moins de 20% (17,9% exactement !) du temps lors du match retour  face à la meilleure équipe du monde… et qu’elle s’est qualifiée en initiant la première la tactique dite Di Matteo, celle du bunker en béton tri-carboné. Mieux que les imitateurs de Vauban, le concepteur des forteresses inviolables, Helenio Herrera dans les années 1960 ou José Mourinho plus récemment. Mais Chelsea a piégé Barcelone, piégé Iniesta, Xavi, Busquets et leur coach Pep Guardiola.

Je pleure comme Messi, en fait. En pensant que dans un siècle, en 2112, on fêtera  le cent-cinquantième champion d’Europe et que cette équipe magnifique n’aura possédé le ballon en finale que six secondes !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s