Montpellier, pas un Hérault de pacotille

Allez, on ne va pas remettre à jour une énième fois le plus éculé des poncifes de l’histoire du foot « il n’y a plus de petites équipes »…

Mais un bon vieux cliché ne fait jamais peur. Ni à Thierry Roland, ça c’est un cliché, ni à Christophe Dugarry, son digne et désormais officiel successeur dans la débilisation du commentaire footballistico-télévisuel.

Revenons à PSG-Montpellier, puisqu’il s’agissait ce dimanche de savoir au Parc des Princes si le deuxième de la Ligue 1 était réellement, comme tout le monde le constatait depuis un moment et le souhaitait souvent très fort, meilleur que le leader du classement. Et si, dans un résumé raccourcissant de banalité stéréotypique, le petit, le pauvre, allait damer le pion au grand, au riche.

A vue de nez, la réponse est oui. Ces gars-là, ceux du plus présent des absents, Louis Nicollin, sur la pelouse neuve et massacrée du Parc, jouent bien, mieux évidemment, que ceux du plus absent des présents côté parisien, Javier Pastore. Après ce match nul (2-2), Paris est toujours devant sur l’aride autant qu’impitoyable tableau des points, mais Montpellier est devant sur la toile beaucoup plus « impressionniste » de la brillance, du collectif, de la fluidité… etc. Ah, le méchant poncife, je m’y mets aussi, je m’en veux…

Vieux débat de comptoir d’avinés de la bouteille ou des vissés du canapé, du beau jeu contre l’efficacité, de l’architecture byzantine contre le béton armé… Nourriture des gazettes. Et pendant ce temps-là, Lionel Messi marque quatre buts contre Valence. Le débat des lieux communs est clos.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s