Noah et le dopage, c’est de moins en moins positif !

De plus en plus stupéfiant. L’affaire Noah, commencée dans Le Monde il y a quelques jours par une tribune à propos du dopage du chanteur/ex-tennisman, a tourné en quelques minutes ce vendredi à la « potion » saumâtre.

Pendant que Noah s’expliquait dans le même journal sur les accusations qu’il avait lancées à l’encontre du sport espagnol, un arbitre ayant officié en 1983 à Roland-Garros balançait une une grosse boule puante dans ce qui est déjà un marigaud, une bombe comme l’on dit dans les rédactions parce qu’une déclaration provoque des décibels assourdissants.

Selon le sieur Milan Sterba, qui avait officié comme juge de ligne (ça ne s’invente pas) sur le Central lors du quart de finale Noah-Lendl, du tournoi qu’il avait ensuite, faut-il le rappeler, remporté, l’ami Yannick « s’est absenté du terrain à de nombreuses reprises et revenait à chaque fois avec les yeux explosés. C’était difficile de ne pas le remarquer.«  En clair, Noah allait se recharger au vestiaire en éléments énergétiques peu recommandés par l’Académie de médecine sportive ! Et d’après Sterba, il « (C’)était de notoriété publique que Noah prenait des produits. » Le décor est planté.

Noah accusé lui-même de dopage ! Le Schmilblick en sera-t-il plus avancé ?

Bon, disons-le tout net, la chose va déclencher un torrent de titres, de piques, de réactions dans tous les sens. Beaucoup vont choisir leur camp. Mais disons-le aussi, jamais ce style de guerre n’a débouché sur du sérieux, du concret. Les caciques, présidents de Fédé, politiques, dirigeants, prenant l’entièreté de leur courage dans leurs deux mains pour aller se planquer le plus loin possible. Le dopage ? Qu’ils s’en démerdent répondent-ils… De toute façon, et contrairement à Richard Virenque, Ben Johnson et tous les tricheurs pris immédiatement la main dans le sac de dope,  jamais personne ne ressortira trente ans après de preuve tangible sur l’éventuelle connerie de Noah. Quelques images de l’INA vont évidemment porter le débat à la hauteur d’un « bas du filet », mais la vérité ne sortira pas même de la bouche des enfants, les pauvres, à qui sont servis en permanence les exemples les plus pourris des grands.

Donc, l’avenir du combat contre le dopage, sauf miracle impensable venu du nouveau ministre des « sportifs propres » David Douillet, ou de l’escargotique AMA (Agence Mondiale Antidopage), est sans doute toujours aussi plombé. Sauf… Sauf si Yannick Noah, qui a eu au moins le mérite, à sa manière, de lancer le bidule, décidait, au lieu de chanter par exemple (non, non, je ne critique pas, c’est parfois audible…), de s’en servir cette fois à bon escient… Noah, capitaine de l’équipe de France de la lutte antidopage, là il nous rendrait service, un bon service, un fier service…

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s