Les Bleus de Laurent Blanc ? Vers l’indifférence…

Que faire des élèves qui ne retiennent pas leurs leçons et qui accumulent les mauvaises notes ? Font-ils exprès ces morveux ? Si oui, c’est sans hésitation pour eux le bonnet d’âne, et ça devrait leur apprendre à réfléchir. Si non, eh bien c’est à vrai dire, avec ou sans bonnet, à désespérer de leur avenir. L’équipe de France, puisque l’on parle d’elle, est-elle, en l’état actuel, à ce point irrécupérable ?

En dehors des « supporters » à qui l’on offre gratuitement un drapeau tricolore à l’entrée du Stade de France et aux « chauffeurs » de sites ou pages dédiés au soutien marketing des Bleus, plus un observateur ne s’extasie sur notre onze national depuis maintenant six ans… Une éternité d’ennui à l’aune des jouissance que le bon peuple avait connues depuis la fin du siècle dernier.

Laurent Blanc, le malheureux, a beau tourner et retourner le problème, trancher avec l’ésotérisme langagier de ses prédécesseurs sélectionneurs, multiplier les schémas technico-tactiques, taper sur les doigts de ses mouflets millionnaires, et même ne plus faire de sa troupe une machine à perdre (dix-sept matches sans défaite, série en cours), la déprime générale ne guérit pas. Depuis Knysna, insurpassable apogée du marasme, les Bleus n’en descendent même pas ou si peu. Ils trônent sur un fauteuil de médiocrité et semblent s’y complaire… France/Etats-Unis et France/Belgique, les deux derniers matches amicaux de vendredi et mardi dernier ont affligé soixante mille cochons de payants et six millions d’auditeurs de Christian Jeanpierre…

Bien sûr, l’équipe a rempli son contrat et ira au prochain Euro, mais en parvenant héroïquement durant les éliminatoires à être juste un cran d’indigence au-dessus de ses rivales. Je l’avais écrit il y a un peu plus d’un an, à l’issue d’une défaite édifiante contre la Biélorussie, il fallait clairement repartir de zéro, puisqu’on tutoyait cette triste borne, et que ces joueurs n’avaient plus qu’à en prendre conscience. Ils ne l’ont pas fait. Ni Ribéry, ni Benzema, ni Rémy, ni Gameiro, ni M’Vila, ni Ménes, ni aucun autre, n’ont élevé la barre, pourtant toute proche du sol. C’est énervant, pénible, horripilant. Cela fouette notre orgueil d’ex-admirateurs, puisque admirateurs nous sommes quand ces garçons réussissent en club à faire – de temps en temps, n’exagérons quand même pas – lever les foules.

Pour l’équipe de France, le mieux serait peut-être que pour un temps tout le monde s’en foute !

Qu’y faire ? Blanc n’a pas fait progresser son groupe d’un iota. Et l’on ne voit honnêtement pas qui d’autre pourrait aujourd’hui y parvenir dans un cadre fédéral où le président Le Graët, ça n’est pas une surprise, songe plutôt à optimiser les revenus de son équipe phare que son efficience sur le terrain. Alors ? Y-a-t-il une ou des alternatives ? Ou, rien n’est jamais à exclure, un miracle à attendre en vue du Championnat d’Europe ? Dieu n’existant pas – ou plus – selon des penseurs plus marquants que nos génies du ballon, il ne faut pas s’attendre à des buts et prouesses en pagaille en 2012.

Je crois plus prosaïquement pour les temps qui viennent à l’émergence d’une forme de ce que les Grecs (les anciens, pas les endettés) appelaient le stoïcisme. Autrement dit et, en versant dans un pédantisme que j’assume pleinement, nous nous dirigeons tout droit mais doucement et sûrement en ce qui concerne les Bleus vers… l’ataraxie, que certains dictionnaires traduisent par un « état d’indifférence émotionnelle« … Ce serait déjà ça de pris !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s