Lille donne une leçon à la Ligue 1

Lille est la meilleure équipe de l’hexagone. C’est sans doute la plus réjouissante nouvelle et malheureusement en même temps la plus problématique de cette saison 2010-2011 de Ligue 1.

Belle nouvelle, réjouissante ou jubilatoire plutôt, voire ironique pour tous ceux qui en ont ras le bol de cet argent impitoyable qui fait pencher la victoire toujours du même côté. Parce que le LOSC fait rougir et rager Lyon, Marseille, Paris ou Bordeaux qui l’écrasent sur le plan de la puissance financière. Lille dispose de moyens dérisoires (55 millions d’euros de budget) au regard des deux mammouth Lyon et Marseille (150 et 140 millions) ou bien inférieurs à ceux de Bordeaux ou Paris (80 millions chacun).

Mais Lille gère semble-t-il mieux, beaucoup mieux que ses prestigieux rivaux, ses sous, ses joueurs et ses cadres. Le rendement, pourrait-on dire, de la « valeur LOSC », est épatant. Et si l’on pousse la comparaison avec la sphère boursière, Jean-Michel Aulas doit en ravaler ses grands desseins, lui dont le cours de son action OL Groupe ne finit plus de plonger

Le LOSC et ses 217 fans sur Facebook a-t-il un avenir ?…

La question se pose donc, prégnante, d’observer l’autre bout de la lorgnette. Un club sans stade digne de ce nom (le Stadium de Lille Métropole contient autant de places qu’une tribune du Parc des Princes ou du Vélodrome de Marseille…), à la notoriété médiatique inexistante en comparaison de celle des Parisiens, Phocéens ou Lyonnais, qui attirent trois fois plus de public, et qui affichait… 217 fans sur  Facebook il y a dix jours, peut-il avoir un avenir ?

Si oui, le président du club, Michel Seydoux, peut et doit devenir le phare de sa génération. Le nouveau phénix du football et du sport français tout entier. Autrement celui qui aura révolutionné le système, bouclé la boucle Platinienne de l’égalitarisme du ballon rond ! Une sorte de Newton ou de Galilée des pelouses…

Sérieusement, Lille, et c’est cette fois facile à comprendre, a bien bossé, très bien. Et surtout bien joué, remarquablement, sans jamais diluer son âme collective. Ce que ses concurrents se sont complu à réussir avec un acharnement exemplaire. Comme l’OM, l’OL ou les Girondins, extraordinaires foyers d’autodestruction, superbes machines à broyer les talents et savants excitateurs  de leur propre public. Alors, la « simplicité » du LOSC peut-elle avoir valeur d’exemple et pourquoi pas déteindre sur les arrogants ? Le LOSC n’est-il pas non plus une grenouille qui envierait les bœufs ? Et son inéluctable éclatement, ce serait ça la mauvaise nouvelle…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s