Rudisha dans la cour des grands du 800 m

C’est la distance des seigneurs de l’athlétisme sur laquelle le Kenyan David Rudisha vient de battre à Berlin en 1’41″09 le record du monde (1’41″11) de son compatriote devenu danois, Wilson Kipketer, qui remontait à treize ans.

Le 800 m est pourtant la distance la plus incertaine. Pas vraiment du sprint, pas vraiment du demi-fond. Personne ne sait en réalité comment courir cette distance depuis un siècle. Si l’on calcule la moyenne sur 100 m du nouveau recordman du monde sur le double tour de piste, on arrive à 12″6. Essayez-donc de courir un seul 100 m à cette vitesse…

Je disais les seigneurs. Ils l’étaient, les Rudolf Harbig, Peter Snell, Alberto Juantorena, Sebastian Coe et enfin Wilson Kipketer. Et chacun de ces dieux des foulées a laissé une empreinte particulière sur cette distance. Harbig, Snell ou Kipketer étaient des finisseurs incroyables, capables de remonter un peloton entier et terminer in-extremis victorieux. Coe savait aussi emballer un finish mais pouvait également s’imposer en renard. Quand à Juantorena ou Kipketer, la science du train et de la régularité leur permettait de lâcher progressivement leurs adversaires et de les écœurer.Sur le 800 m, la tactique fait souvent la différence dans les grands championnats. Ce qui explique que les hommes des records ne soient pas ceux des titres mondiaux ou européens, et vice versa. Rudisha fait peut-être partie de cette première catégorie, ayant été éliminé en séries des derniers mondiaux.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s