Platini et le »problème Raymond »

Certes, ce n’est pas au niveau du trottoir comme cela avait été le cas lors du fameux « sac à merde » d’Eric Cantona lancé à l’adresse d’Henri Michel. Mais le « Il y a un problème Raymond » jeté devant la presse hier par Michel Platini au sujet du sélectionneur actuel des Bleus me parait, si j’ose dire, tout autant riche de sens.A l’image du laconique mais si significatif « Allo Houston, nous avons un problème » des astronautes d’Apollo XIII, le mini-message du président de l’UEFA exprime en réalité un danger imminent. Comme pour la mission lunaire, il s’agit bien d’un avertissement concernant un dégât structurel, pouvant entraîner une perte définitive.Car pour Platini, il ne s’agit visiblement plus d’épiphénomènes. L’équipe de France  se trouve selon lui en bien vilaine santé. Touchée aux organes vitaux. Et le coeur d’une sélection, c’est son entraîneur en chef. Pour la première fois, Platoche désigne Domenech comme le responsable direct de la déconfiture du jeu des Bleus. Domenech, l’homme. C’est  ‘ »un problème de personnalité, pas de technicien« , balance-t-il. Aïe. Aïe pour Raymond surtout. Qui en prend grave pour son grade et notamment à cause de son dérapage digne des écervelés de la Star Academy  « il a été nul avec cette annonce (demande en mariage à Estelle)… il a fait une connerie« ). Bien sûr, ce n’est pas la première fois que Raymond est pris à partie par du gros poisson. On avait entendu les très gentilles Rama Yade et Roselyne Bachelot dire ce qu’elles pensaient de l’impétrant, assez virilement d’ailleurs.Mais ce coup-ci, c’est Platini qui parle. Une épée, un cador du foot. Qui tempère un tantinet son ire quand il reconnaît avoir pendant un temps défendu Domenech: « J’étais favorable à son maintien car les transitions doivent se faire en douceur, comme entre Michel Hidalgo et Henri Michel par exemple. Les seconds étaient déjà presque dans le groupe, tout était prévu« . Bon, on a compris, le grand Michel en est revenu, Raymond n’est plus selon lui de saison. Les Bleus non plus: « Il y a de bonnes individualités dans ce groupe, mais il n’y a pas de grande individualité, assène-t-il. Je pense tout simplement que la France a perdu une grande génération« . Le coup de grâce !Que les dieux du foot puissent éviter à Raymond Domenech de subir le sort de Napoléon, décrit par Victor Hugo:Mes soldats morts,Moi vaincu ! mon empire est brisé comme verre.Est-ce le châtiment cette fois, Dieu sévère ?

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s