Ces psys du sport aux sombres desseins

Et un « psy » de plus. Pour le XV de France cette fois.

Les toubibs des neurones s’installent sur les terrains depuis quelques années. Pas vraiment étonnant. Surprenant même qu’on ne les ait pas appelés au secours plus tôt. Freud l’avait dit il y a cent ans, l’inconscient nous dicte une bonne part de nos comportements.

Mais il est où ce putain d’inconscient et comment il nous manigance ? Si certains l’avaient découvert, comme Raymond Poulidor, Michel Jazy, Didier Six, Amélie Mauresmo, Brian Joubert et bien d’autres, les journaux et les  livres de sport auraient eu des couvertures bien différentes. Et les cheminées de ces têtes fragiles se seraient recouvertes de bien davantage de trophées.

Ce qui m’ennuie, c’est que les nouveaux Raspoutine sont aussi mystérieux que le gourou maudit de la dernière impératrice de Russie. On les planque, comme celui de l’équipe de France de foot, Jean-Pierre Doly, amené par Raymond Domenech chez les Bleus (pour 5000 euros par jour d’intervention!). Pourquoi donc ? Parce que simplement leur efficacité est a priori encore bien aléatoire, à l’inverse des kinés, des physios, des rhumatos et des chirurgiens qui réparent la casse et obtiennent des résultats tangibles.

A Vancouver (où les psys sont paraît-il en masse) depuis une semaine, nos skieurs tricolores, pourtant brillants durant la saison, s’écroulent psychologiquement tandis que nos biathlètes « surperforment » et accumulent les médailles. Bizarre autant qu’étrange. Reviens, Sigmund !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s