Maradona n’est pas Gainsbourg

« Annie aimait les sucettes », la chanson qu’avait mis Serge Gainsbourg dans la bouche de France Gall, me paraît autrement plus poétique que l’odieuse diatribe de Diego Maradona envers les médias argentins l’autre jour: « À tous ceux qui n’ont pas cru en nous, et pardon pour les dames qui écoutent, eh bien qu’ils me sucent. »

Entre le musicien et parolier rebelle mais de génie et l’ex Pibe de Oro continuellement petit et vulgaire, pas même la peine de se lancer dans la comparaison. Heureusement, « le poète a toujours raison » clamait Jean Ferrat. Mieux, « les hommes se servent des mots ; le poète les sert » (Octavio Paz).

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s